Deux fois dans le même fleuve, Arnaud Le Gouëfflec

L’été s’écoulait en apparence comme un long fleuve tranquille… l’eau de nos yeux semblait toujours identique et pourtant, il suffisait que le vent souffle dans le sillage d’un presqu’inconnu pour que notre coeur s’emballe au point de cesser de battre. Mais comme chante le Brestois Arnaud Le Gouëfflec, « Mieux vaut trouver la mort / Que de ne trouver rien ». Paru discrètement à la « vermeilleuse, obscure et occulte » Église de la Petite Folie, Deux fois dans le même fleuve nous plonge dans un délice musical pétri par les cloches, les bouts de bois et les guitares folk. Avec Olivier Polard, John Trap et Regïs Boulard, l’écrivain, scénariste de bande dessinée, musicien et professeur Le Gouëfflec tamise le passé pour séparer les blessures des rêves. Mi-Pigalle, mi-Brigitte Fontaine, il récite, triture et répète dans des délires surréels et méditatifs. Coup de fou assuré pour Un chat un chat, Voyager nu et Noué.

Deux fois dans le même fleuve

Chanson folk

Arnaud Le Gouëfflec, L’Église de la Petite Folie