Un 10e anniversaire sans anicroche

Pour cette 10e édition, le festival Osheaga a attiré 135 000 festivaliers.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Pour cette 10e édition, le festival Osheaga a attiré 135 000 festivaliers.

Au dernier jour de la 10e édition du festival musical Osheaga, les organisateurs ont tiré un bilan fort positif de l’événement qui s’est déroulé de vendredi à dimanche au parc Jean-Drapeau, allant même jusqu’à discuter à nouveau de plans de croissance.

Osheaga a fait salle comble, cette année encore, attirant 135 000 festivaliers sur le site, soit 45 000 pour chacun des trois jours de l’événement. Le directeur général d’Evenko, Jacques Aubé, a parlé d’une réussite sur tous les aspects, exception faite de plaintes sur les réseaux sociaux quant à la sortie du site par le métro, samedi soir.

« C’étaient trois jours au paradis, a-t-il dit. On voit que 10 ans d’expérience, ça donne des résultats. Il y a un rodage, c’est drôle de dire que ç’a pris 10 ans, mais c’est ça. » Osheaga avait misé cette année sur la thématique du jeu, installant des manèges.

Aubé admet que le taux de change n'aide pas beaucoup l'événement, mais il n'a pas voulu discuter finances, ni dire si Osheaga a dégagé des profits cette année.

Reste qu’Osheaga occupe une place de choix dans la sphère des festivals du continent et que des plans de croissance seraient dans les cartons si le parc Jean-Drapeau était réaménagé. « Avec 60 000 festivaliers par jour, c’est sûr que ça nous aiderait, explique Nick Farkas, vice-président chez Evenko et responsable de la programmation. Mais ça dépend du moment où la Ville annoncera les changements sur le site. Le maire [Coderre] a toujours dit qu’il voulait un endroit qui s’adapte pour accueillir des événements internationaux. »

Mos Def

Samedi, le rappeur Action Bronson, qui était le sujet d’une pétition en ligne dénonçant les paroles misogynes de quelques-unes de ses chansons, a annulé son spectacle. Osheaga a invoqué des « problèmes de transport de dernière minute », alors que le rappeur a laissé entendre, sur son compte Twitter, qu’il n’avait pas pu entrer en sol canadien. C’est le rappeur vétéran Yasiin Bey, alias Mos Def, qui l’a remplacé. Farkas a expliqué que ce dernier était déjà en ville, ayant entre autres participé au concert d’A Tribe Called Red, vendredi soir, à Montréal.

Au sujet de Bronson, Nick Farkas a répété qu’il n’aurait rien changé à la manière dont l’événement a traité la controverse. Osheaga avait refusé d’annuler le spectacle, laissant plutôt les gens décider s’ils voulaient s’y rendre ou non.

Cette année, 13 % du public d’Osheaga était américain et 65 % provenait d’en dehors du Québec. C’est la délégation des festivaliers ontariens qui reste la plus massive, avec 35 % de la foule venant de la province voisine.

« On a aussi un peu plus de gens qui viennent de l’Est canadien et un peu moins de l’Ouest, car il y a des événements comme le Squamish, qui draine plus de festivaliers là-bas. »

À voir en vidéo