Pas de coiffe de guerre des Premières Nations à Osheaga

Le festival montréalais Osheaga a interdit aux fans et artistes qui participeront à l’événement de porter des coiffes de guerre des Premières Nations comme «accessoire mode».

Sur sa page Facebook, le festival musical a demandé aux festivaliers de respecter la « signification spirituelle et culturelle » de la coiffe.

Au cours des dernières années, les coiffes de guerre sont devenues une mode pour les festivaliers et les célébrités, dont Pharrell Williams, Gwen Stefani et Susan Boyle, qui ont tous essuyé des critiques pour avoir traité la coiffe comme un article de mode.

En 2013, la chaîne H&M a retiré de fausses coiffes de ses boutiques canadiennes après avoir reçu des plaintes.

Osheaga aura lieu du 31 juillet au 2 août au parc Jean-Drapeau à Montréal. Kendrick Lamar, les Black Keys, Florence + the Machine et Weezer font partie des têtes d’affiche.

La politique d’Osheaga sur les coiffes de guerre s’appliquera également à ÎleSoniq, le festival de musique électronique qui se tiendra les 14 et 15 août et qui inclura des spectacles de Deadmau5, Azealia Banks, DJ Snake, Kiesza et Rae Sremmurd.

1 commentaire
  • Pierre Marcotte - Inscrit 14 juillet 2015 13 h 04

    Respect par procuration

    Pourquoi est-ce la direction du festival qui émet cette interdiction, et non pas des représentants des premières nations? Est-ce de l'autocensure? Une peur de choquer? Une demande formelle a-t-elle été formulée par ces premières nations?

    Le terme "première nation" est bien large, c'est comme dire "caucasien" ou "asiatique". Quel peuple autochtone portait traditionellement cette coiffe sur le territoire du Québec? J'aimerais en apprendre plus sur le sujet, merci beaucoup.