Les cowboys ne sont plus ce qu'ils étaient

Keith Urban
Photo: Francis Vachon Le Devoir Keith Urban

La soirée country sur les Plaines vendredi a donné lieu à un succès de foule encourageant pour le FEQ. Mais la preuve reste à faire que le genre est en soi une valeur sûre pour l'événement.

Le Festival a de nouveau réussi à remplir facilement une grande partie du site, mais on n'a pas assisté à une déferlante western pour autant. Les chapeaux de cowboys et les bottes de cuir étaient plutôt minoritaires.

Il faut dire qu'on était loin du Festival de Saint-Tite. Les artistes Keith Urban et Robby Johnson font ce qu'on appelle du « nouveau country », style se rapprochant beaucoup de la pop.

Toutes les conditions étaient réunies pour que la soirée soit un succès : un vendredi soir, un temps des dieux, et des festivaliers en début de course avec encore beaucoup d'énergie. Les ventes de bière sur les Plaines auraient probablement été beaucoup plus modestes en milieu de semaine avec d'autres conditions météo.

On pourrait aussi en conclure que le FEQ a vraiment établi une relation de confiance avec ses habitués qui sont prêts à le suivre dans ses nouvelles aventures. Lors d'une allocution sur scène en début de soirée, Daniel Gélinas a suggéré que cet événement country ne serait pas le dernier. À suivre donc.

Chose certaine, les fans de country étaient contents qu'on pense à eux. « On aime le country américain et il n’y en a pas souvent ici au Québec. C'est intéressant de voir qu'il va peut-être y avoir une place pour ça », d'expliquer Christine Lemelin qui portait de jolies bottes western, comme son conjoint.

Sans être son chanteur préféré, Keith Urban lui plaît beaucoup. Elle rêverait d'entendre ici un Alan Jackson un jour.

À l'autre bout du site, un cowboy nous a fait la même suggestion. Sa conjointe, qui travaille pour une station de radio country de Québec, suggérait quant à elle du Luke Bryan. « Nous, on joue du Keith Urban à fond. C'est un de nos gros artistes avec Luke Bryan, commentait Valérie Rousseau. Moi je serais venue au Festival de toute façon, mais je pense qu'il y a beaucoup de gens autour de moi qui sont ici parce qu'ils ont appris à le découvrir ou qui sont curieux de le connaître. »

D'ailleurs, tous les cowboys dans l'âme que nous avons croisés nous ont dit qu'ils auraient participé au Festival d'été de toute façon. On peut dès lors se demander si le FEQ a attiré un nouveau bassin de spectateurs avec cet événement.

En arrivant à Québec, Keith Urban a confié à des journalistes qu'il espérait que les gens sur les Plaines connaissent ses chansons. C'était le cas du moins pour ses plus gros tubes comme Somewhere in my Car, qui a été accueilli par des cris dans la foule. Toutes les pièces du dernier album Fuse n'ont pas eu droit à ce traitement, mais le public l'a suivi avec enthousiasme et les lumières des téléphones cellulaires se balançaient au gré des nombreuses ballades de son répertoire.

Nouveau venu chez nous, l'artiste a compensé en invitant sur scène des fans à deux reprises pendant la soirée, une initiative qui a beaucoup plu.

Une prestation réussie pour Bobby Bazini

Avant Keith Urban, on avait invité un artiste pop en la personne de Bobby Bazini. Le jeune chanteur semblait ravi d'être là. « Je n’ai jamais vu autant de monde. C'est ma première fois sur les Plaines. » Bazini semblait heureux comme un poisson dans l'eau, réussissant avec sa chaude voix à créer une étonnante intimité dans l'immensité du site.