Un garçon nommé Shawn

Avant de personnifier Cash, Shawn Barker a été charpentier, soldat et vendeur de Corvette.
Photo: Vivien Gaumand Juste pour rire Avant de personnifier Cash, Shawn Barker a été charpentier, soldat et vendeur de Corvette.
Depuis 11 ans, l’Américain Shawn Barker empoigne sa guitare et se vêt de noir afin de personnifier le mythique Johnny Cash dans le spectacle-hommage The Man in Black.


Il a le regard bleu Hawaï d’Elvis, l’accent caressant du Missouri et les traits coupés au couteau. Guitare en mains, il s’avance d’un pas ferme vers le micro et lance de sa voix profonde « Hello, I’m Johnny Cash. » L’illusion est parfaite. À peine les premiers accords de Folsom Prison Blues se font-ils entendre que le spectateur est transporté à l’époque où Johnny Cash était au sommet de sa carrière. Flanqué de quatre musiciens et de deux choristes, l’homme en noir sur scène s’appelle Shawn Barker.

Avant de personnifier Cash, qu’il a incarné sur Broadway dans Million Dollar Quartet, Barker a tour à tour été charpentier, soldat durant la Tempête du désert et vendeur de Corvette. Cependant, la musique a toujours fait partie de sa vie. Bien qu’il souhaite faire paraître un second CD de ses chansons, l’Américain avoue faire de la musique pour son plaisir et non pour conquérir le monde, ne cherchant même pas à décrocher un contrat de disques. Une attitude qu’adopterait peut-être Cash s’il était encore de ce monde.

« Je crois qu’il serait très impressionné tant la vie a changé depuis son décès en 2003 avec les médias sociaux comme Twitter, Instagram et Facebook. Il aurait vraiment tout un choc en constatant l’évolution de l’industrie de la musique avec iTunes, Spotify et iCloud. Aujourd’hui, il y a des musiciens qui ne signent même pas de contrats de disques, car ils vont directement sur YouTube où ils font eux-mêmes leur promotion. Je suis sûr qu’il aimerait ça parce qu’il n’a jamais aimé la manière dont on négocie un contrat de disque. »

Oeuvre inspirante

Fort de cinq étés à remplir le Capitole de Québec avec The Man in Black, spectacle où l’on retrouve ses chansons phares telles Ring of Fire, I Walk the Line et Hurt, chanson de Nine Inch Nails cristallisant étonnamment l’oeuvre de Cash, Shawn Barker explique comment sa musique continue de séduire les mélomanes : « Dans ses chansons, Cash traitait beaucoup de la rédemption, mais il parlait aussi de ses erreurs. On retrouve beaucoup de sagesse dans ses chansons, car d’une certaine façon il mettait le monde en garde contre les chemins à ne pas prendre. Ses chansons demeurent en ce sens-là inspirantes. Je crois que tout le monde peut trouver son compte dans ses chansons encore aujourd’hui. »

Tout le monde ? Oui, même ceux qui ont un coeur de rocker plutôt que l’âme country. « Si sa musique est si rassembleuse, c’est qu’elle est unique et se glisse dans différentes catégories ; il y a évidemment le country, sa principale inspiration, mais on y trouve aussi du rockabilly grâce à l’influence de Carl Perkins et d’Elvis, et du gospel qu’il aimait beaucoup. Plusieurs rappeurs, comme Kid Rock et Snoop Dog, le considèrent comme l’un de leurs artistes préférés ; certaines de ses chansons ne sont pas très loin du rap. Depuis le mouvement punk, plusieurs musiciens le voient comme le premier vrai punk-rocker à s’être tenu debout contre le système », soutient Shawn Barker.

The Man in Black – Hommage à Johnny Cash

À l’affiche au théâtre St-Denis jusqu’au 11 juillet

À voir en vidéo