2015 dans le collimateur de Mononc’ Serge

La chanson d’actualité, le musicien connaît bien.
Photo: Annik Mh De Carufel Le Devoir La chanson d’actualité, le musicien connaît bien.

Si l’humeur ambiante et les personnages politiques, sociaux et culturels du Québec ont toujours inspiré les chansons de l’ineffable Mononc’ Serge, le contrebassiste et chanteur livre mardi un album carrément inspiré de l’actualité des derniers mois, une démarche qui l’amène nécessairement à parler religion, mais surtout politique et corruption. « Mais le cynisme politique n’a pas besoin de mon album pour se perpétuer ! » rigole le principal intéressé.

L’étincelle de ces nouvelles chansons ne vient pas de Mononc’ Serge lui-même, mais bien de deux propositions qui lui ont été faites dans les derniers mois. D’abord, le musicien a été invité à collaborer à la défunte émission Ce show, animée par Mike Ward sur les ondes de Musique Plus. Puis quand l’entreprise a retiré ces sympathiques déjantés des ondes, l’équipe Web du journal Voir a proposé à l’ancien membre des Colocs de poursuivre sur sa lancée. Douze des treize titres du disque intitulé simplement Mononc’ Serge 2015 sont issus de ces collaborations.

« D’habitude, quand on sort un album, c’est le début, on fait des shows à partir de cet album-là, raconte le calme Serge Robert devant son double allongé. Là, je te dirais que c’est quasiment plus la démarche contraire. Oui, je vais faire des shows et chanter ces tounes-là, mais la raison d’être des chansons au départ c’était les capsules et les apparitions à Musique Plus. Ça arrive au terme de la démarche, donc. Le côté plus en amont est plus fort dans ce disque que ce que j’en attends en aval. »

La chanson d’actualité, le musicien connaît bien. Déjà en 1997, sur les ondes de la radio communautaire montréalaise CIBL, il était chroniqueur musical régulier, s’inspirant chaque semaine de l’actualité pour pondre des morceaux écrits avec une totale liberté de ton. Son premier disque, Mononc’ Serge chante 97 en est d’ailleurs le résultat, tout comme son deuxième, Mononc’ Serge chante 98.

À la différence que pour la création des titres qui allaient trouver leur chemin jusqu’à Mononc’ Serge 2015, il n’y avait pas une tombée aussi stricte et rapprochée que jadis à la radio. Serge Robert pouvait prendre le temps de mieux cerner son sujet, et de répéter les chansons avec ses musiciens avant de les présenter à Ce show, par exemple.

« Y’en a des plus sérieuses, et d’autres qui sont plus du déconnage total. Mais ce que je trouve le plus dur, c’est de trouver un angle, de dire : “OK, je vais parler de tel sujet sous tel angle.” Une fois que j’ai trouvé ça, au moins j’ai ma destination. Comme pour PCP et PKP, au départ j’ai eu le flash, les mots se ressemblaient, alors je savais que je pouvais faire une chanson qui dit en quoi le PCP et PKP se ressemblent, et en quoi ils diffèrent. »

Mononc’ Serge écorche donc un brin PKP, un peu plus le PQ, taquine le PLC via son chef, et surtout le PLQ de Philippe Couillard, à qui il dédie nommément deux chansons, Coupe Couillard et L’ayatollah Couillard, où il rigole du premier ministre en décochant par la bande une flèche à l’intégrisme : « Hydro-Québec, au lieu de distribuer du courant / Va plutôt se mettre à distribuer le Coran / Ainsi au lieu d’une lumière incertaine et profane / On aura celle du Prophète qui ne connaît pas de panne. »

« Je peux pas dire que l’actualité n’était pas inspirante ! rigole-t-il. Je regarde la politique comme un spectateur concerné, intéressé. Mais bizarrement, contrairement au caractère lapidaire de mes chansons, dans la vie je ne suis pas quelqu’un qui a des idées super arrêtées sur les choses. Et il y a un truc qui est quand même central, je ne fais pas des chansons dans un but militant, je ne fais pas ça pour faire avancer une cause… Bon, de facto, le jupon dépasse à gauche et à droite, mais je ne le fais pas pour ça. »

Après la politique, l’autre sujet fort de Mononc’ Serge 2015 est la religion, qui apparaît parfois en filigrane, parfois en grosses lettres. Sujet incontournable, certes, mais qui a éveillé chez le musicien quelques doutes, qui ont même inspiré la chanson Des questions. « J’avais sous-estimé à quel point c’était délicat. Tsé, quand j’ai fait ma chanson Mourir pour le Canada, y’en a qui me traitait de maudit fédéraliste, et à la rigueur je m’en câlisse. Sauf que là je voyais des gens qui souscrivent à des sites du genre “Pour l’expulsion de tous les musulmans du Québec” et qui mettaient mes capsules là-dessus. Non, non, je veux pas cliquer j’aime. Je ne veux pas me ramasser avec des racistes dans mes spectacles, ou des gens fermés d’esprit. Si je continue à faire des chansons d’actualité, ce qui n’est pas sûr, mais qui n’est pas exclu non plus, je vais quand même faire plus attention avec ce genre de question-là. »


Mononc' Serge - L'ayatollah Couillard

Trois lancements et un spectacle aux Francos

Homme de concert, Mononc’ Serge fera pas moins de trois lancements pour son nouveau disque. Il sera à Montréal aux Katacombes le lundi 8 juin, à Québec au Scanner le mercredi 10 juin, ainsi qu’au bar Zénob à Trois-Rivières le jeudi 11 juin. En plus, Mononc’ Serge partagera l’affiche de L’Astral avec Pépé et sa guitare le 17 juin, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal. Le reste de son été sera occupé, consultez les détails sur son site Web.

Mononc’ Serge 2015

Mononc’ Serge, Indépendant/Dep, en magasin mardi