The Loodies, The Loodies

C’est ainsi que ça se goupille, en ces jours où la carrière voisine le site d’enfouissement : on a un groupe, on est chanteur solo. Ludovic Alarie, depuis l’adolescence, baigne avec ses amis musiciens de formation classique dans les ambiances liquéfiantes de leur psych-folk : Sasha Woodward, Jerémy Delorme, Lysandre Ménard, Étienne Dextraze et lui sont The Loodies et clapotent en anglais. Après EP et album agréablement flottants, le discret jeune homme a osé des textes en français à l’avant-plan, en son nom propre : un disque de 2014 s’est insinué dans quelques listes, sans s’imposer. Alors, tout naturellement, on continue avec The Loodies, même mode apesanteur, même réalisateur (Warren C. Spicer de Plants and Animals) : les chansons s’alignent comme on fait des longueurs de piscine, guitares en boucles, claviers enveloppants, au-dessus de voix — en harmonie ou pas — très noyées dans le mixage. J’appelle ça de la musique en apnée et j’aime assez. Bulle de paix pour l’été.

The Loodies

Psych-folk

The Loodies, Indica

À voir en vidéo