Purity and Danger, The Sway Machinery

Des cuivres d’apparence classique lancent un bal sombre, triste, mystérieux. Puis une guitare tournoyante annonce un élan afrobeat au ralenti pendant qu’une autre rappelle l’Orient avec des accents plus légers. Tout finit par s’entremêler et un saxo improvise sur un fond de rock qui roule. La table est mise pour l’ancienne liturgie ashkénaze et l’art cantorial de Jeremiah Lockwood, chanteur-guitariste, petit-fils du cantor Jacob Konigsberg et leader de Sway Machinery, le collectif de Brooklyn qui explore dans ce troisième disque le thème de la rédemption et dont quelques membres viennent de la grande famille d’Antibalas. On relance les incantations sur un rythme funky, on rock en sautillant et on libère des cordes déjantées, presque prog. Des atmosphères plus free apparaissent sur les cadences d’une batterie enveloppante et bien appuyée. Le blues y est universel et l’afrobeat, futuriste. Le disque est une réussite.

Purity and Danger

Nouvelle musique juive

The Sway Machinery, 3rdGenerationRecordings.com