Heavy Montréal profite de l’effet Metallica

Faith No More, Korn et Slipknot (sur la photo) seront du Heavy Montréal 2015. Les festivaliers pourront aussi varier les genres, puisque l’ouverture au punk et au rock reste de mise.
Photo: Tim Snow / Evenko Faith No More, Korn et Slipknot (sur la photo) seront du Heavy Montréal 2015. Les festivaliers pourront aussi varier les genres, puisque l’ouverture au punk et au rock reste de mise.

Non seulement Metallica aura permis l’an dernier au festival Heavy Montréal de remplir le parc Jean-Drapeau, mais il a également réussi à inscrire le rassemblement comme un incontournable parmi les événements musicaux d’été en Amérique du Nord. Et en faisant venir Faith No More, Slipknot et Korn — qui jouera son premier album —, le promoteur Evenko espère attirer plus de festivaliers en 2015, mais sur trois jours cette fois-ci.

« C’est sûr que Metallica nous a permis de faire venir des groupes plus facilement », explique Jean-François Michaud, programmateur du festival. « Les artistes et les agents parlent entre eux, et disent que c’est bien organisé et que ça leur rappelle [les festivals de] l’Europe, poursuit Nick Farkas, vice-président d’Evenko. La réputation de Heavy Montréal se fait vendeur, les artistes veulent venir. »

Du 7 au 9 août, les festivaliers pourront toujours varier les genres, puisque l’ouverture au punk et au rock reste de mise. Iggy Pop, vu à Osheaga en 2008, Billy Talent, NoFX et Lagwagon présenteront des couleurs punk aux festivaliers, tandis que la présence de Lita Ford, Warrant et Dokken donnera un goût plus glam rock. « On avait eu Steel Panther, il y a deux ans, Twisted Sister l’an passé. Ç’a donné quelque chose d’énorme, il y a une grosse demande pour ça, on y répond. Mais ce n’est pas demain qu’on aura quinze groupes » de ce genre, indique Jean-François Michaud.

Le partenariat avec la tournée Summer Slaughter ramènera toutefois son lot de métal extrême. « Il y a huit groupes de prévus, mais ils sont encore en discussion », précise Nick Farkas. Au total, une vingtaine de noms reste encore à dévoiler, dont « une ou deux bonnes surprises », selon le programmateur Jean-François Michaud.

Raretés

Le cru 2015 du festival promet des raretés. Faith No More, l’une des têtes d’affiche, n’est pas venu depuis le 8 août 1992 en ville. Ce fameux soir durant lequel le mythique groupe de rock américain avait ouvert pour Guns’n’Roses et Metallica au Stade olympique et qui s’était terminé en émeute, en raison des prestations écourtées par les vedettes.

Alexisonfire, le groupe torontois de hardcore, se reformera pour offrir aux Montréalais une des sept performances prévues pour cette année. Anonymus, le groupe montréalais des frères Souto, profitera de l’occasion pour lancer son nouvel album.

La scène locale reste bien présente. « On garde un volet découverte, mais on ne s’oblige pas [à avoir] un quota d’artistes locaux. On programme ceux qui sont disponibles et qu’on aime » fait valoir Nick Farkas. Parmi eux, on retrouve The Agonist, Slaves on Dope, Dig It Up et un peu d’Arch Enemy, le groupe suédois de death mélodique qui a débauché la chanteuse montréalaise Alissa White-Gluz, en avril dernier.

Les artistes européens, par contre, se comptent encore sur les doigts d’une main. « Le festival est programmé entre le Wacken et le Download [deux des plus grands festivals métal en Europe], explique Jean-François Michaud. C’est difficile de faire venir les gros groupes, car ils sont dans un circuit. Quant aux petits, se payer le déplacement pour jouer devant 150 personnes, ce n’est pas envisageable. »

Les billets pour trois jours seront mis en vente le vendredi 13 mars, au prix de 230 $.

À voir en vidéo