Samedi soir à Saint-Dilon

«Samedi soir à Saint-Dilon» fera danser Saint-Liguori, dans Lanaudière, avec sa soirée de chansons traditionnelles.
Photo: Pierre-Alexandre Saint-Yves «Samedi soir à Saint-Dilon» fera danser Saint-Liguori, dans Lanaudière, avec sa soirée de chansons traditionnelles.

Ce samedi, c’est en même temps la veillée du jour de l’an et celle des Rois à la salle municipale de Saint-Liguori dans Lanaudière. Pour célébrer le double événement, on organise une soirée de danse et de chansons traditionnelles, animée par le calleur Philippe Jetté, qui est également accordéoniste, et la violoneuse Stéphanie Lépine, l’une des meilleures de sa génération au Québec. Pour partager pendant le réveillon qui fera partie de la soirée, les gens sont invités à apporter un dessert. Ils pourront aussi pousser leurs chansons pour animer la fête. Une reine et un roi de la soirée seront aussi couronnés. C’est tout cela qu’on appelle « Samedi soir à Saint-Dilon ».

Le projet est mis de l’avant par les Petits pas Jacadiens, un organisme qui existe depuis presque quarante ans et que l’on a toujours connu en tant que troupe de danse, mais qui a récemment changé de vocation. Philippe Jetté explique le processus : « On a changé l’orientation et décidé d’axer nos actions vers une participation citoyenne active. Au lieu que les citoyens soient passifs en regardant un spectacle de danse, on veut les voir danser. »

Voilà plus d’un an qu’on organise des activités dans ce sens : « On souhaite développer la pratique de la danse traditionnelle dans six communautés de Lanaudière : les quatre paroisses de la Nouvelle-Acadie, qui sont Saint-Jacques, Sainte-Marie Salomé, Saint-Alexis et Saint-Liguori, en plus de Crabtree et Rawdon. C’est pour renforcer les liens historiques et nous enraciner dans notre milieu qu’on a ciblé ces territoires-là », poursuit le chargé de projet des Petits pas Jacadiens.

On a d’abord fait des ateliers de transmission à Saint-Jacques, le lieu d’ancrage des Petits pas Jacadiens. « Jacadien » est d’ailleurs la contraction de « Saint-Jacques » et d’« acadien », pour bien démontrer l’appartenance. On a invité des calleurs des familles à venir transmettre deux danses familiales, puis un groupe d’aînés a appris ces danses. « Dans les veillées, le but est d’avoir seulement trois ou quatre danses. Ça facilite l’appropriation collective de ces danses-là. La plus pratiquée, dans Lanaudière, c’est le 4 par 4. On a aussi la danse des mains blanches et le “passé par 4”. »

Samedi soir, on fera quelques danses puis les gens seront invités à « pousser une chanson à répondre ». Il n’y a pas de plan préétabli et les organisateurs suivront l’énergie de la veillée. Sans doute jusqu’aux petites heures.

À la salle municipale de Saint-Liguori, samedi 3 janvier à 19 h Renseignements : 450 397-2313

À voir en vidéo