Kiriké, Kassé Mady Diabaté

Depuis cinq ans, le violoncelliste Vincent Segal et le koriste Ballaké Sissoko ont créé de superbes albums chez No Format. Ils récidivent, plus discrètement, pour faire ressurgir Kassé Mady Diabaté, le chanteur aux 50 ans de carrière que l’on a pu découvrir sur des disques comme Kulanjan avec Toumani Diabaté et Taj Mahal, ou Afrocubism, en plus de ses créations personnelles. Il chante avec calme et force tranquille, joue les microtons, se rapproche du chanté parlé, s’élève avec panache et lance parfois de puissantes mélopées. S’il n’a pas la voix la plus exubérante, son attaque est profonde et le grain plus bas qu’auparavant. Pour l’accompagner, en plus de Vincent Segal et Ballaké Sissoko, deux maîtres créent de magnifiques enchevêtrements : Lansiné Kouyaté, au balafon boisé, rythmique et mélodique, de même que Makan Toukara au ngoni plus âpre et terreux. En résulte un disque à l’atmosphère apaisante, livré par de grands musiciens.

Kiriké

Musique mandingue

Kassé Mady Diabaté, No Format