Les Tireux d’Roches

Leur folk, Les Tireux d'roches le trempent dans le swing au pluriel et leur trad, ils le créent sans violon.
Photo: Crila photo Leur folk, Les Tireux d'roches le trempent dans le swing au pluriel et leur trad, ils le créent sans violon.

Leur folk, ils le trempent dans le swing au pluriel et leur trad, ils le créent sans violon. À la fin de 2013, ils ont lancé XO 15 ans d’âge, un cinquième disque qui révèle beaucoup plus de créations originales qu’auparavant. Depuis, ils ont eu une sacrée année. Et ça se poursuit : vendredi soir, à l’Esplanade financière Sun Life du Parc olympique, dans le cadre de l’événement Noël dans le parc, puis, au Trou du diable de Shawinigan, où ils enregistreront un premier album live les 27 et 28 décembre.

Le chanteur-conteur Denis Massé raconte : « Oui, ce fut assez mémorable. On a commencé l’année à New York, puis ce fut l’Allemagne, la Suisse, la France et deux tournées en Chine : une première pour un showcase de l’industrie de la musique chinoise à Pékin et une autre de six concerts autour de Shanghai, quatre mois plus tard dans des immenses festivals de démesure. On s’attendait à faire de petites scènes, mais c’est tellement gros et les Chinois ne lésinent pas sur l’éclairage. On était tout le temps en tête d’affiche et ça s’est vraiment bien passé. À Shanghai, notre scène était plus grosse que la plus grosse scène des Francos, avec tous les buildings de la ville qui sont éclairés. »

Et comment les Chinois ont-ils réagi à cette musique jazzée ou pas ? À cet harmonica qui se fond dans les cuivres ou dans les harmonies vocales ? À tous les autres instruments présentés à la québécoise ? « Pour eux, c’est inusité de voir un tapeux de pieds. Ils sont aussi bien impressionnés par le petit accordéon que j’ai dans les mains, un géant de six pieds et deux avec une petite affaire de même dans les mains... Ils aiment aussi beaucoup l’harmonica, un instrument un peu fétiche en Chine. Ben là, avec Pascal “Per” Veillette, ils ont rencontré leur homme. En plus, on parle quatre-cinq mots de mandarin et, quand on les utilise, c’est l’ovation chaque fois. Pour résumer, ils comprennent bien la vibe dans laquelle on veut les amener. »

Et les prochains spectacles ? « À Noël dans le parc, on fait trois sets de 45 minutes. On va rouler, rouler, rouler pour se préparer pour le Trou du diable, une micro-brasserie de Shawinigan où on va revisiter des pièces de quatre de nos disques pour l’enregistrement du prochain, qui devrait voir le jour dans le courant de l’hiver. » En somme, ça roule de Shanghai à Shawi...

À l’Esplanade financière Sun Life du Parc olympique, vendredi 26 décembre à 20 h, dans le cadre de Noël dans le parc. Renseignements : 514 281-8942.

Au Trou du diable de Shawinigan, les 27 et 28 décembre à 20 h. Renseignements : http://troududiable.com ou 819 537-9151

1 commentaire
  • Raynald Blais - Abonné 20 décembre 2014 12 h 16

    Un gros...

    Bien que je vous ai vu au "Festival Mémoire et Racines",
    J'ai hâte de vous revoir tellement vous semblez progresser.
    Un gros... Bravo!