It’s the Girls, Bette Midler

Ça fait des bulles, ce disque. Effervescence naturelle de la chanteuse : on a peu oublié, depuis The Rose et Wind Beneath my Wings, ballade trop lourdement ballade, que Bette Midler avait été dans les années 1970 la Divine Miss M, sorte d’échappée d’asile du Laurence Welk Show, telle la soeur fofolle que les Lennon Sisters auraient enfermée dans un placard (et dont elle serait sortie par un tunnel creusé avec ses talons hauts). La revoilà, toujours fabuleuse showgirl hors norme, ravivant les chansons de groupes de filles, des Andrews Sisters à TLC, avec emphase début sixties très voulue. Ronettes, Crystals (en duo avec Darlene Love), Shirelles, Supremes, Marvelettes, elle s’offre ce karaoké de luxe comme on sourit, célèbre ce qu’elle chante, et sa joie est contagieuse. On rêve du spectacle jouissif que l’irrépressible dame en extrapolerait. Il y a une expression en anglais qui dit tout de ce projet : feel-good music. Gracieuseté de Bette la bienfaisante.

It’s the Girls

Reprises

Bette Midler
East-West/Warner