Pietà. Musique sacrée pour alto de Vivaldi, Philippe Jaroussky, Ensemble Artaserse

Si vous attendez des miracles de la part du plus agile et plus lumineux des contre-ténors, vous risquez d’être cueillis à froid. Le premier contact est celui avec un orchestre italien qui cultive son authenticité par des timbres un peu astringents, comme un vin vif. On s’y fait rapidement, au fur et à mesure que la voix s’impose. Jaroussky nous sert une mise en bouche avec le motet Clarae stellae, scintillante avant le fameux Stabat Mater. Là aussi, il faut une accoutumance : la voix est plus claire que d’autres, surtout lorsque vos goûts vous portent vers les timbres de mères, tels ceux de Marie-Nicole Lemieux ou Sara Mingardo. Les intentions de Jaroussky sont très marquées. Au moment où on craint le Stabat Mater mignard ou esthétisant, se produit le miracle, ce Quis est homo doucement ornementé qui nous aspire dans le concept. L’auditeur est alors pris dans les rets d’une magie qui ne dément jamais et le disque apparaît sublime.

Pietà

Classique

Philippe Jaroussky, Ensemble Artaserse. Erato 082546258109.

Musique sacrée pour alto de Vivaldi

Classique