Après la tombée du rideau, Patrick Norman

Chanteur exceptionnel : c’est entendu. As du finger picking : on l’a dit souvent. Maîtrise et délicatesse, il a tout. L’excellence ferait presque oublier le gars qui, par deux fois, joua au sein de Fabuleux Élégants : le grégaire. Le « player », comme on dit entre musiciens. Et vient un moment où un « player » a besoin de « players » qui ont envie, comme lui, d’une nouvelle communion, tel Elvis en 1968 avec l’équipe d’élite de Chips Moman au studio American de Memphis. Norman chante et joue ses nouvelles beautés, et celles des Bourbon Gautier, Nelson Minville et cie, avec les meilleurs accompagnateurs de l’heure (ses « Cochons Sales »), et palpable est le bonheur des sessions avec Joe Grass et Joss Tellier aux guitares, Frank Lafontaine aux claviers, Richard Beaudet au saxo, Marie-Pierre Arthur aux choeurs, etc. Littéralement, on les entend s’écouter, s’étonner, se sourire. La palette du chanteur s’élargit, même s’ils s’adaptent à lui. Partage sans âge.

Après la tombée du rideau

Chanson folk-pop

Patrick Norman Disques GPN