Une histoire musicale d’Haïti, de la méringue au konpa

«J’ai voulu relever le défi de donner une idée, au moins de synthèse, de toutes les sphères qui me sont connues», explique Claude Dauphin.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir «J’ai voulu relever le défi de donner une idée, au moins de synthèse, de toutes les sphères qui me sont connues», explique Claude Dauphin.

Selon l’éditeur Mémoire d’encrier, le livre Histoire du style musical d’Haïti que Claude Dauphin a récemment publié est « l’ouvrage le plus considérable qui ait jamais été écrit sur la musique haïtienne et sur la diversité de ses pratiques ». On y croit volontiers tellement le spectre des musiques et le cadre historique présentés y sont amples et bien documentés.

« J’ai voulu relever le défi de donner une idée, au moins de synthèse, de toutes les sphères qui me sont connues. Je crois qu’il est tout à fait impossible d’être totalement exhaustif, mais on peut quand même voir les différents créneaux où l’on pratique la musique », explique Claude Dauphin d’entrée de jeu.

Vers 1789, la colonie de Saint-Domingue, qui deviendra Haïti, compte environ 500 000 Africains de naissance ou de descendance, 40 000 Européens et 30 000 affranchis qui coexistent en toute méfiance sous l’impitoyable décret du code noir. En dépit de cela apparaîtra un syncrétisme culturel, dont la langue créole de même que la musique mélodieuse et légèrement syncopée, la danse, la parure et le mode de vie en général deviendront l’expression d’une nation nouvelle.

Mais avant l’avènement de ce monde nouveau, le vaudou permet aux esclaves de différentes ethnies africaines de se fédérer. Claude Dauphin raconte : « Le vaudou s’est constitué à partir de différentes tribus et nations africaines qui se sont retrouvées en Haïti et qui ne pouvaient se comprendre. Qu’avaient-elles en commun ? Des pratiques et des rites religieux. On a compris qu’en faisant des cérémonies ensemble, les gens arrivaient à créer des formes d’entente. Ainsi, dans une cérémonie en 1791, les différentes nations africaines ont cru entendre un appel à se libérer. Ce fut le point de départ de l’insurrection contre l’esclavage qui va amener l’indépendance en 1804. »

Le pays nouvellement créé se cherche un emblème. La méringue finira par jouer ce rôle : « Avec le vaudou, ça devient le marqueur identitaire pendant une centaine d’années. Cette danse nationale, qui est à l’origine du konpa, a représenté depuis le milieu du XIXe siècle un lieu de fierté. Il y a une méringue de danse populaire, une méringue carnavalesque, une de concert. Tout le monde se reconnaît dans ces rythmes qui ne sont pas sacrés », précise le musicologue.

De leur côté, les compositeurs font rayonner une école de traditions musicales classiques depuis la fin du XIXe siècle. Avec Cuba, Haïti forme un tandem significatif à ce chapitre dans les Caraïbes et à partir de la fin des années 1970, Montréal deviendra même un haut lieu de cette forme d’expression. Claude Dauphin décrit le phénomène : « Alors que le pays était encore sous l’effet de la dictature de Jean-Claude Duvalier, une élite haïtienne s’est retrouvée ici, à Montréal, est devenu le centre de cette renaissance. Haïti a repris un peu de souffle et, aujourd’hui, on fait des concerts de compositeurs haïtiens en Haïti sur le modèle de ce qu’on a fait ici à Montréal. »

Le konpa au milieu des années 1950 : un genre à l’allure vive, intrépide et sans fioriture, contrairement au style gracieux et langoureux de la méringue. Durant un demi-siècle, le konpa devient le genre national par excellence, mais selon l’auteur, il traverse une crise d’identité sans précédent devant l’éclatement et la mondialisation des genres populaires : « J’ai voulu en conclusion attirer l’attention sur cette diversité qui est de notre époque. Un pays comme Haïti en plein coeur de l’Amérique ne peut pas dresser des frontières pour se mettre à l’abri de quoi ? Et d’ailleurs, la culture qui est celle des Haïtiens a-t-elle besoin tant que ça d’être protégée ? Est-ce qu’elle n’a pas des racines assez profondes pour exister ou continuer de se développer et se fusionner au monde ? »

Musicologue, théoricien et historien des pédagogies musicales, Claude Dauphin est professeur associé à l’UQAM. Il signe un ouvrage qui porte sur la musique haïtienne et la diversité de ses pratiques. Entre l’essai et le guide de référence, il aborde plusieurs phénomènes, de la période coloniale de Saint-Domingue à nos jours, en traitant de la musique du vaudou, des instruments coutumiers de la musique paysanne, du conte chanté, de la musique populaire urbaine, de la musique officielle et de la musique classique ou savante. Au long du parcours, l’auteur explique les principaux courants et met en perspective les grands marqueurs identitaires du pays en analysant leur sens dans l’histoire. Tous les genres sont touchés, de la méringue au konpa et à l’éclatement contemporain. Il s’agit d’une oeuvre capitale pour qui s’intéresse à Haïti et la richesse de sa culture.

Essai

Histoire du style musical d’Haïti
Claude Dauphin, Mémoire d’encrier, Collection Essai Montréal, 2014, 372 pages

Musicologue, théoricien et historien des pédagogies musicales, Claude Dauphin est professeur associé à l’UQAM. Il signe un ouvrage qui porte sur la musique haïtienne et la diversité de ses pratiques. Entre l’essai et le guide de référence, il aborde plusieurs phénomènes, de la période coloniale de Saint-Domingue à nos jours, en traitant de la musique du vaudou, des instruments coutumiers de la musique paysanne, du conte chanté, de la musique populaire urbaine, de la musique officielle et de la musique classique ou savante. Au long du parcours, l’auteur explique les principaux courants et met en perspective les grands marqueurs identitaires du pays en analysant leur sens dans l’histoire. Tous les genres sont touchés, de la méringue au konpa et à l’éclatement contemporain. Il s’agit d’une œuvre capitale pour qui s’intéresse à Haïti et la richesse de sa culture.
 
Yves Bernard
1 commentaire
  • Nathan Ménard - Abonné 7 octobre 2014 15 h 30

    Excellent travail

    Je me suis procuré cet ouvrage tout simplement par curiosité intellectuelle et par solidarité. Je ne l’ai vraiment pas regretté : ce livre est riche en informations, intéressant, instructif, d’une écriture claire et précise, et assez bien illustré. On peut le lire comme un traité – c’est une œuvre savante mais accessible à tous – ou le consulter aisément comme un dictionnaire thématique. On pourrait toujours déplorer des lacunes, des artistes non cités, surtout ceux de la province : je pense par ex. à Claudin Toussaint et aux Menuau du Cap. Mais c’est peut-être par absence de sources fiables, car tout ce que l’auteur retient et décrit repose sur une solide documentation. Nous espérons déjà une suite à cet ouvrage.
    Nathan Ménard
    Abonné