Cheek to Cheek, Tony Bennett et Lady Gaga

Un album complet à deux, m’sieur Tony et la Lady, 54 minutes avec le papy crooner et la « maman des monstres » ? L’effet « novelty » du pairage, charmant le temps de la bien-nommée Lady Is a Tramp sur l’album Duets II en 2011, n’allait-il pas s’étioler après trois-quatre titres du sempiternel autant qu’éternel Great American Songbook ? Le répertoire le plus remâché des dernières années, encore une fois réquisitionné après les outrages répétés d’un Rod Stewart, entre autres pillards ? En ben, ça fonctionne. Parce que les improbables tourtereaux s’amusent, et ça s’entend. C’était vrai quand, gaga de joie, la Gaga rejoignit le suave Benedetto au dernier FIJM, et c’est pareil sur disque : chacun des partenaires y trouve son compte. Il swingue plus leste et enjoué, elle s’abandonne au genre avec tout ce qu’elle a, assumant ses aigus parfois criards. Ne se prennent pas la tête, mais n’expédient pas l’affaire non plus. Mieux, on les sent proches, complices, contents de leur coup. On l’est itou.

Cheek to Cheek

Duos

Tony Bennett et Lady Gaga Interscope/Columbia