Sparks, Imogen Heap

On pourrait qualifier Imogen Heap de Pollock de la musique. En matière de dripping, d’expressionnisme et d’abstrait, la musicienne et compositrice anglaise, déjà rompue à l’improvisation, en connaît tout un rayon. Pour Sparks, son quatrième album très attendu par sa cohorte de fans, Heap a fait un tour du monde de deux ans et demi en menant mille projets à la fois. La résultante de 14 pièces est à l’image de l’artiste : difficile à définir sans avoir recours à l’ensemble du lexique musical. Électro, ambient, pop, rock indie ? Tout ça. C’est une musique de transitions, collée à des émotions très poussées, presque philosophique. Avec ou sans sa voix saturée, chaque pièce recrée des microcosmes franchement planants, à tout le moins fascinants. Malgré son aspect de collage éclectique, Sparks démontre, ne serait-ce qu’avec Cycle Song et Climb to Saktend, des morceaux inspirés de son séjour dans l’Himalaya, que toute expérimentation a sa cohérence — à condition d’accepter le décalage.

Sparks

Indie folktronica

Imogen Heap
RCA