Mariage de deux grands genres musicaux

Les accordéonistes Francis Varis et Raúl Barboza joueront en duo à Montmagny, sans leur compagnon percussionniste Zé Luis Nascimento, avec qui ils forment Chamamémusette !.
Photo: Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny Les accordéonistes Francis Varis et Raúl Barboza joueront en duo à Montmagny, sans leur compagnon percussionniste Zé Luis Nascimento, avec qui ils forment Chamamémusette !.

Le chamamé et le musette ont en commun l’accordéon, l’influence des Italiens et la valse. Mais, alors que le premier incarne l’esprit des Guaranis du nord-est de l’Argentine, le deuxième est fortement parisien. Or, pour marier les deux grands genres, Raúl Barboza, l’un des plus grands accordéonistes au monde, a eu la bonne idée de faire appel à Francis Varis, une autre figure du piano à bretelles, de même qu’à Zé Luis Nascimento, un percussionniste tous azimuts. Ensemble, ils forment le groupe Chamamémusette !, l’une des principales propositions du Carrefour mondial de l’accordéon cette année. Malheureusement, sur un air trop connu, Nascimento s’est vu refuser son visa d’entrée. Restent donc Barboza et Varis, qui offriront bien malgré eux une série de prestations inédites en duo.

 

« Ce problème est très désagréable, car Zé est brésilien et il connaît toutes les rythmiques. À Montmagny, on va faire notre répertoire de la même façon, sauf l’absence de percussions », précise Raúl Barboza. Heureusement, le spectre des deux accordéonistes est très large. On a vu Francis Varis l’an dernier au FIJM avec Nascimento au sein du trio de Titi Robin. C’est un Parisien qui vient du jazz et qui a des liens avec des guitaristes manouches. Avec Titi, il survolait les mélodies, donnait de l’espace à la musique et naviguait entre la valse musette et le Moyen-Orient sans frontières apparentes. « Il a aussi beaucoup travaillé avec les musiciens brésiliens et il connaît aussi très bien les syncopes à la manière sud-américaine, relate Raúl Barboza. C’est un grand mélodiste, il joue la mélodie pure avec une sécurité extraordinaire, alors que, moi, je suis un improvisateur. Ça me permet d’ajouter des choses, des accords, des syncopes. »

 

Barboza joue souvent très rythmique, attaque passionnément, improvise par grappes de notes, varie souvent les timbres et les frottements, devient atmosphérique, plus violent, très contemporain, revient à la mélodie, la ponctue de hachures et de cassures, passe à une mazurka avec la rapidité d’un train, mais surtout il favorise fréquemment de nombreuses interactions avec ses musiciens. Lorsqu’il chante, le côté autochtone jaillit clairement. « J’ai 76 ans et j’ai commencé à sept ou huit ans. La musique que je fais n’est pas autochtone, mais il y a l’esprit indien dedans. Ce que j’essaie dans chaque morceau, c’est de parler de la vie, de la forêt, des oiseaux, de l’eau, du vent et des esprits. »

 

Barboza a transformé le chamamé comme l’a fait Piazzolla avec le tango ou Richard Galliano avec le musette, en passant de la musique de danse à la musique pour écoute. L’Argentin raconte son chemin : « Quand j’étais tout petit, l’unique façon de jouer le chamamé, c’était dans les bals, à la campagne, en plein air. Quand je voyais que les musiciens de tango, de jazz ou de la musique classique pouvaient se montrer dans des lieux beaucoup plus tranquilles, j’ai imaginé que le chamamé puisse aussi devenir une musique d’écoute. J’ai aussi envie de montrer que notre esprit ne peut être enfermé dans une petite cage. »

Chamamémusette! - Los Saltos de Guayra

L’accordéon québécois à l’honneur

La revue française Accordéon accordéonistes y consacre un numéro spécial. Le Musée de l’accordéon de Montmagny présente une exposition qui le met en valeur. Philippe Krümm et Steve Normandin animent des causeries sur le sujet et, pour ajouter au plaisir, le Carrefour offre ce dimanche une soirée de musique trad avec de brillants accordéonistes comme Raynald Ouellet, Denis Pépin, Susie Lemay, Gaston Nolet, Philippe Jetté, Sabin Jacques et quelques autres.

Chamamémusette ! à Montmagny

Au concert d’ouverture, à la salle Edwin- Bélanger, le vendredi 29 août, à compter de 20 h Aux Concerts internationaux, à la salle Edwin- Bélanger, le samedi 30 août, à compter de 20 h Au Centre des Migrations, le dimanche 31 août, à compter de 11 h Renseignements : www.accordeonmontmagny.com



À voir en vidéo