Le tango libertaire du Quinteto Negro La Boca

À Montréal, le Quinteto Negro La Boca présentera le concert de son nouveau DVD.
Photo: Quinteto Negro La Boca À Montréal, le Quinteto Negro La Boca présentera le concert de son nouveau DVD.

À Buenos Aires, le Quinteto Negro La Boca est plongé au centre du tango antipostalero, anti-carte postale, un fort mouvement identitaire de remise en question du tango « for export ». Sous la direction de Pablo Bernaba, le quintette portègne se propose de revaloriser le patrimoine du quartier La Boca. Et musicalement, il est reconnu pour son utilisation de deux bandonéons, ce qui lui confère une force sonore plus accentuée que la moyenne des groupes de tangos. Pour le 12e Festival international de tango de Montréal, il vient présenter le concert de son nouveau DVD Tangos negros y libertarios, en plus d’un hommage au célèbre compositeur Anibal Troilo dit Pichuco. En tout, il offre sept prestations avec ou sans danseurs, en formule concert ou en milonga, le bal populaire.

 

Mais le Quinteto Negro La Boca n’est pas un simple groupe de tango : « On va au-delà de la question musicale et notre esthétique est un hommage aux anarchistes, aux combattants sociaux, à Ernesto Guevara. On lui a d’ailleurs consacré une pièce sur notre premier disque », relate Pablo Bernaba rejoint par téléphone dans la capitale argentine. Son groupe a créé Tangos negros y libertarios en collaboration avec l’historien argentin Osvaldo Bayer qui travaille sur le mouvement anarchiste argentin, le plus important du genre en Amérique latine selon Bernaba.

 

La Boca est un quartier à la fois près du port et de l’Obélisque de Buenos Aires. On l’appelle parfois la Republica de la Boca : « Quand l’Argentine s’est ouverte à l’immigration vers la fin du XIXe siècle, le quartier est un peu devenu la ville anarchiste, rigole l’activiste bandonéoniste. Une légende dit que pendant quelques heures, le quartier fut même indépendant du gouvernement argentin. C’est une légende, mais il reste que le quartier est un lieu esthétiquement distinct des autres quartiers. »

 

Là-bas, le Quinteto est devenu un collectif culturel, au centre de projets culturels propres à la revalorisation du patrimoine, parmi lesquels une école populaire de tango et plusieurs festivals dont le Festival de Tango Independiente, également appelé Festival antiportalero : « Je crois que le tango va beaucoup plus loin que le tango for export et la ballerine devant l’obélisque. Aujourd’hui, le tango, for export ou pas, est un mouvement très varié et forcément hétérogène. Il y a quinze ans, c’était une affaire de musée pour les touristes, alors qu’aujourd’hui, le tango est fait par les jeunes qui se mélangent avec la vieille génération. Ce qui se passe à Buenos Aires est très intéressant », raconte Pablo Bernaba. Le phénomène fut d’ailleurs fort bien documenté par Francine Pelletier dans son documentaire La revanche du tango.

 

Celle du Quinteto Negro La Boca est empreinte d’hommages chantés, souvent sur des thèmes sociaux, de même que de tangos instrumentaux livrés avec piano, guitare, contrebasse et deux bandonéons, à la fois classiques, originaux, acoustiques et énergiques. S’il lui est arrivé d’inclure à son tango des éléments de hip-hop et de chamamé argentin, le groupe s’en tient présentement au grand genre du Rio de la Plata et donnera à Montréal la priorité au caractère instrumental de sa musique.

Quinteto Negro La Boca - Tango para Guevara

Le Quinteto Negro La Boca au Festival international de tango de Montréal

Mardi 5 août : Soirée d’ouverture au Théâtre Rialto

Mercredi 6 août : Tango au clair de lune aux Serres municipales de Verdun, gratuit

Mercredi 6 août : Milonga au Théâtre Rialto avec les danseurs Miriam Copello Cristian Correa

Jeudi 7 août : Hommage à Pichuco au Théâtre Rialto avec les danseurs Élyse Dagesse, Gerardo Sanchez + Milagros Rolandelli Lisandro Eberly

Vendredi 8 août : Milonga au Théâtre Rialto

Samedi 9 août : Una noche de tango au Théâtre Rialto avec tous les maîtres danseurs invités

Dimanche 10 août : Milonga de clôture au Théâtre Rialto avec tous les maîtres danseurs invités

Renseignements : 514-527-5197 www.fitm.ca, www.quinteto egrolaboca.com.ar/