Le réveil du guerrier

Après une pause forcée, « j’ai besoin de m’épanouir, d’être en paix avec moi-même », affirme le rappeur Samian.
Photo: Melika Dez Après une pause forcée, « j’ai besoin de m’épanouir, d’être en paix avec moi-même », affirme le rappeur Samian.

Après avoir pris une pause d’une année, forcée par un épuisement physique et psychologique, le rappeur Samian a sondé son âme et a senti le besoin de continuer son parcours musical. Mais sur Enfants de la terre, le Québécois aux racines algonquines dévoile non seulement le guerrier revendicateur, mais aussi l’homme sensible et spirituel qu’il est.

 

Et il suffit d’écouter sa pièce J’ai besoin pour tout comprendre de ce troisième disque tout en français. D’ailleurs, il parlera abondamment du « besoin » pendant notre entretien. On pige quelques lignes de la chanson pour commencer : « Besoin de repos, affaibli par la fatigue / Besoin de prendre du recul question de faire le vide ».

 

« Il y a un an je me suis personnellement effondré, littéralement, confie Samian au bout du fil. Physiquement, psychologiquement, émotionnellement, spirituellement, ma vie a… Y’a eu la mort de mon père, y’a eu beaucoup de choses en fait, dans la dernière année… J’ai voulu arrêter, j’ai voulu prendre une pause. »

 

Vers la fin de sa dernière tournée, l’Abitibien qui a grandi à Pikogan a fait une trentaine de spectacles en l’espace d’un mois. « Y’a des places où on faisait deux shows par jour, c’était énorme. Et après ça mon corps a lâché, et je me suis dit: c’est pas ça, la vie, que je faisais pas ce métier-là pour ça. J’allais pas mettre ma santé en péril pour ce métier-là, au contraire, je devais me donner un équilibre de vie sain, pour être capable d’en faire plus longtemps. J’ai envie de monter sur la scène pour les bonnes raisons. »

 

Retour à la chanson J’ai besoin. Au deuxième couplet, Samian dit : « J’ai besoin de m’épanouir, d’être en paix avec moi-même ». C’est patent sur plusieurs chansons, celui qui fait de la musique depuis presque 10 ans maintenant ne fait pas que parler de la cause autochtone — ce qu’il fait encore et plutôt bien, sur des pièces comme Rez et Les miens — mais il se dévoile davantage comme personne, comme homme.

 

« Je suis passé du “on” au “je” un peu, mais pas partout. Oui, l’album est très personnel, mais il est quand même fidèle à ce qu’on faisait. Mais j’avais besoin de parler de moi, et peut-être d’expliquer qui je suis aussi. Peut-être pour le monde qui me suit depuis toutes ces années-là, j’avais besoin de dire qui j’étais, l’homme derrière le guerrier, finalement. »

 

L’homme et sa foi

 

Et ce qu’est Samian, c’est aussi un homme croyant, spirituel. Sur Enfants de la terre, un album musicalement éclaté et joué avec de vrais musiciens, il met en avant ce côté de sa personne. Et toujours sur J’ai besoin : « J’ai besoin de Dieu dans ma vie, j’ai besoin de croire ». D’ailleurs, l’année dernière, à 30 ans, Samian raconte qu’il s’est fait baptiser. Il dit aller à l’église, mais du même souffle, il a des mots durs pour les religions. « Il faut faire une différence entre la religion et la spiritualité. Oui, il y a une chanson qui s’appelle Jean 3:16, qui est très biblique, et Lettre à Dieu, qui est un peu une prière. Mais j’ai grandi comme ça, en famille d’accueil, j’ai habité chez un pasteur d’une église chrétienne. Ce que j’aime des chrétiens — et même le mot chrétien, ça catégorise une religion et j’aime pas ça — c’est que leur spiritualité et celle des autochtones est la même. C’est le même Créateur, les mêmes valeurs, les mêmes commandements en fait ! C’est là où ça me rejoint en tant que Métis. »

 

Samian sait bien que le sujet est un peu délicat au Québec, mais pendant son année de recul, il s’est accroché à sa spiritualité. « C’est une grosse partie de moi, de mon intimité, de ce que vraiment j’ai vécu à l’intérieur dans la dernière année. Il a fallu que je m’accroche à ces choses-là pour être capable de revenir, et de me remettre sur pied. »

 

Le jeune papa ne partira pas en tournée cet automne, se contentant de quelques dates, dont le 31 juillet sur la place des Festivals, dans le cadre de Présence autochtone. Il profitera des prochains mois pour enregistrer la deuxième saison de la série Rythme des nations, en plus de travailler à nouveau au cinéma avec le réalisateur Yan Lanouette Turgeon. « Je profite de ce moment de vie où je peux m’amuser à jouer l’acteur ! Alors, probablement que la tournée de cet album-là, on va la faire en 2015. » À ce moment-là, comme sur sa chanson, il pourra chanter : « J’ai besoin de mon public, j’ai besoin de l’entendre. »

Samian - J'ai besoin

Enfants de la terre

Samian 7e Ciel Records En magasin le 5 août

1 commentaire
  • Jonathan Laterreur - Inscrit 26 juillet 2014 09 h 37

    Textes sensés

    J'attends avec impatience le 5 août prochain.