Admiral T: le reggae dancehall et au-delà

Admiral T s’amène pour la première fois, en live, à Montréal ce samedi au National dans le cadre de la série Nuits d’Afrique Sound System.
Photo: Productions Nuits d’Afrique Admiral T s’amène pour la première fois, en live, à Montréal ce samedi au National dans le cadre de la série Nuits d’Afrique Sound System.

Son reggae, Admiral T le passe dans la moulinette électro. Son dancehall, il le fait à la manière guadeloupéenne en utilisant souvent le créole et les techniques du gwo ka. Le ghetto, il le chante dans une optique universelle, tout comme les autres thèmes humains qu’il aborde. Et avec son phrasé qui peut devenir ultrarapide, il s’amène pour la première fois, en live, à Montréal ce samedi au National dans le cadre de la série Nuits d’Afrique Sound System. Ça tombe bien parce qu’en matière de sound system, il en connaît un lot.

 

« J’ai commencé en 1993 avec des amis. On appelait ça le Ghetto Sound Group. Puis, j’ai poursuivi dans plusieurs petits sound systems qu’on organisait nous-mêmes sur le ghetto. En 1997, j’ai rencontré des membres du KSS, le Karukera Sound System, un collectif de 12 chanteurs et DJ. En 1998, nous avons fait paraître le disque 1848, en hommage à l’abolition de l’esclavage. »

 

Admiral T est engagé. Ce qui l’a poussé vers la musique fut de constater jusqu’à quel point son quartier Boissard de Pointe-à-Pitre était toujours montré du doigt dans les journaux télévisés pour ses problèmes de drogue et de violence : « Je trouvais inadmissible que l’on ne parle que de 10 % de ce qui se passait sur le ghetto. On ne disait jamais qu’il y avait des gens qui y vivaient. Je voulais redorer l’image de mon quartier. »

 

Son frère Jerry lui a transmis la passion de la musique jamaïcaine et c’est de là qu’il est parti lorsqu’il s’est mis à tenir un micro et à poser des mots pour raconter sa réalité. En 2003, il lance son premier disque solo : Mozaik Kréyol, au titre qui porte les fondements d’une musique qu’il continue de revendiquer : « Je voulais dévoiler mon identité, tous ces mélanges qui me représentaient. C’est un mariage de musique traditionnelle caribéenne avec un flow un peu plus dancehall. Quand je suis allé faire un premier concert en Jamaïque, c’est ce que les Jamaïcains ont retenu. Même si je faisais du reggae et du dancehall, ce n’était pas ce qu’ils avaient l’habitude d’entendre. L’apport du ka, l’instrument principal de notre musique traditionnelle en Guadeloupe, les a intrigués. »

 

Il y a aussi ce chant et ces vocalises, ultrarapides ou pas, qu’Admiral T décline de tant de façons différentes : en rap sur des claques rythmiques, en tournoiements incessants dans le raga, plus romantiques à la manière du zouk love, en rythme plus pop en se rapprochant du zouk ou en dialogue avec des voix soul : « C’est vrai que comme chanteur de reggae et de dancehall, on doit connaître plusieurs techniques, mais ce qui fait mon originalité, c’est le gwo ka guadeloupéen. J’ai également hérité de cette façon de chanter. »

 

Tout cela est très présent sur Instinct Admiral, le plus récent « vrai » disque que l’artiste a enregistré avec plusieurs collaborateurs, des rappeurs de La Fouine et Medine au regretté Patrick Saint-Éloi, un ex de Kassav’. Un autre album, Face B, a suivi, mais Admiral T le considère comme un hors série : « C’est une compilation de titres personnels qui n’ont pas étés conçus pour un album. L’idée est venue de ma famille et mes amis qui voulaient absolument que je les sorte. Il y a dans l’album quelque chose de sauvage : les titres sont moins lisses et beaucoup plus bruts que sur les autres disques. »

 

Au-delà du dancehall qui le caractérise et qui a fait l’objet de ses clips, Admiral T se prépare à lancer à l’automne I Am Christy Campbell, un disque dont le titre évoque son nom civil et qui fera l’objet d’une tournée ultérieure. « Ce sera plus personnel que les autres, autant au niveau des textes que des mélodies. Je fais vraiment une musique “ feeling ”. » Et comme toujours, inspirée par ses valeurs universelles : l’amour, le respect, le travail et la famille.

Admiral T - Enfants du pays