Vallières en solitaire

Vincent Vallières s’est dit heureux de jouer avant Father John Misty, de qui il est fan.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Vincent Vallières s’est dit heureux de jouer avant Father John Misty, de qui il est fan.

Au point où Vincent Vallières est rendu dans sa carrière, le chanteur ne fait plus de premières parties pour d’autres artistes. Quand il monte sur scène, c’est avec son groupe, en tête d’affiche. Mais ces règles seront transgressées jeudi soir au Festival d’été de Québec (FEQ), car l’auteur d’On va s’aimer encore jouera non seulement en solo, mais aussi avant le talentueux musicien américain Father John Misty.

 

Rencontré il y a quelques jours au Festival en chanson de Petite-Vallée, Vincent Vallières avoue aimer la musique de Father John Misty, le projet de Josh Tillman. « Moi je suis un fan, alors quand [le directeur de la programmation du FEQ] Louis Bellavance a appelé, j’ai trouvé ça l’fun de jouer avant lui, ça m’enlève de la pression », nous expliquait-il.

 

Mais du même souffle, Vallières grimace un peu. « Mais ça fait longtemps que j’ai pas joué tout seul avec ma guitare. Là, faut que je repense à des versions. Tu sais, à la base je ne suis pas un bon musicien. Alors en solo ça m’oblige à jouer plus, à livrer. T’as pas le choix d’être avec le monde, tu ne peux pas te revirer sur le solo de guitare, y’a plus de mur, y’a pas de filet. »

 

Il y a deux ans, Vallières était monté sur la grande scène des plaines d’Abraham au Festival d’été de Québec — un orage avait forcé l’interruption du concert. De venir jouer solo à l’Impérial avant un autre artiste, c’est pas un peu moins… enivrant ? « Je trouve ça l’fun ce défi solo, qui est tout aussi grand, différent. »

 

Y fait beau

 

Le rouquin chanteur a obtenu un succès intéressant avec son sixième album Fabriquer l’aube, écoulé à plus de 30 000 exemplaires. Si tout n’est pas rose pour le milieu de la musique, Vallières se montre optimiste pour la suite des choses. Ou peut-être refuse-t-il surtout le contraire. « Je trouve ça déprimant un artiste pessimiste par rapport à sa situation, je trouve pas ça emballant, et ça me donne pas envie d’aller l’applaudir. Y’a plusieurs entrepreneurs, plusieurs familles qui ont aussi des situations économiques précaires. »

 

Mais Vincent Vallières reste lucide, même qu’il estime que l’époque est un bon moment pour remettre en question le cycle « album-spectacle ». « Il faut se retourner sur ce que les plus jeunes font : sortir des chansons sans nécessairement les attacher à des disques. Mais comment on soutient ça après ? »

 

Celui qui anime cet été une émission à Ici Musique arrêtera-t-il de faire des disques ? « J’essaie surtout de motiver les gens de l’Équipe Spectra avec qui je travaille pour dire : ça va être quoi le prochain moove, pourquoi je resterais chez vous ? Faut trouver des idées novatrices. »

Qui est Father John Misty ?

Father John Misty est le projet de Josh Tillman, entre autres entendu avec Fleet Foxes. Il compose une chanson folk mélodique et accrocheuse, un peu spirituelle dans le son, mais très directe dans les paroles. Son premier disque, Fear Fun, a reçu d’élogieuses critiques, et le musicien aurait pratiquement déjà terminé son deuxième album. Sur son site Web, on peut découvrir son humour caustique, plein d’autodérision. www.fatherjohnmisty.net