BRBR, une vitrine musicale qui crépite

Les trois animateurs de BRBR, Félix Hallée-Théoret, Didier Charette et Melissa Hetu.
Photo: TFO Les trois animateurs de BRBR, Félix Hallée-Théoret, Didier Charette et Melissa Hetu.

Ils ont beau vivre en Ontario, ils sont littéralement partout dans les événements musicaux du Québec depuis deux ans. Alors que la plupart des hebdos culturels d’ici sont morts et qu’on ne voit presque plus de musiciens professionnels jouer à la télé, la jeune équipe de BRBR — à prononcer « bar-bar » — semble infatigable, livrant critiques, entrevues et prestations à la fois sur le Web et à la télé sur la chaîne TFO. Vendredi dès midi, c’est toutefois en chair et en os qu’ils vous interpelleront, le temps d’un karaoké… inversé.

 

À la rencontre des mélomanes montréalais, BRBR s’installera au métro Place-des-Arts pour l’événement ponctuel « Tweet les paroles ». Sur une scène, Qualité Motel, D-Track, Francis Faubert, Mehdi Cayenne Club et Chantal Archambault tenteront de mettre en musique en direct les paroles que les passants proposeront via le mot-clic #Tweetlesparoles.

 

De Toronto, BRBR jette un regard sur la musique d’un peu partout au Canada, avec un parti-pris pour les musiques indépendantes, ou du moins pour l’alternatif. Les artistes francophones, et évidemment ceux du Québec, y ont une place de choix, mais ceux du ROC y trouvent leur compte. Le rédacteur en chef Guillaume Moffet résume ça en disant « l’essentiel de la nouvelle musique ».

 

« Le concept depuis le début, c’est de mettre dans le même panier les plus petits artistes et les plus gros, comme ça les émergents peuvent profiter de la notoriété des autres, explique le producteur de la franchise, David Baeta. Et il y a aussi un désir de faire le pont entre les deux solitudes. Des fois, on va mettre des artistes francophones québécois sur la même scène qu’un artiste de la région torontoise juste pour permettre aux mélomanes de découvrir ces différents sons-là. »

 

Une dizaine de personnes bossent pour BRBR, dont les trois animateurs de l’émission hebdomadaire, Mélissa Hétu, Didier Charrette et Félix HT. « J’ai aussi une vingtaine de collaborateurs à travers le pays, qui nourrissent la portion Web,dit Moffet. Et ce qu’on fait et qui n’est pas dans le show télé va sur le Web », au www.tfo.org/brbr.

 

Une visite rapide de leur site montre l’étendue de la couverture musicale effectuée. De Webster à Vincent Vallières, en passant par Koriass, Solids et AroarA, BRBR ratisse large.

 

Et la scène franco-ontarienne, elle vibre ? Petite hésitation. « Elle n’est pas encore à l’adolescence », dit Baeta. « Elle se cherche un peu une personnalité, si on compare à la musique acadienne qui est plus effervescente, intéressante, analyse Moffet. Mais y’a toujours des trucs qui sortent du lot. Et c’est un peu notre défi de les trouver et de leur donner une vitrine, la première vitrine. Un tremplin. »

À voir en vidéo