Disque – René Jacobs, Passion selon saint Matthieu

Avons-nous ici, la Passion selon saint Matthieu qui soit, en fièvre et en théâtralité sacrée, l’équivalent de la renversante Saint Jean de Benoît Haller (Zig Zag Productions) ? Assurément oui. Avons-nous ici une Saint Matthieu aussi consensuelle et convaincante ? Assurément non. Le « nouveau CD Jacobs de l’automne » est devenu un concept et on l’attend désormais impatiemment. Pour donner au chef l’écrin sonore qu’il désire, HM France est même retourné au SACD multicanal (un peu crispé dans les timbres), car Jacobs joue ici de la spatialisation, avec deux choeurs, deux orchestres et des effets sonores variables, même sur les solos. L’oreille blasée est captée, mais on se demande si l’idée de « concept » ne devient pas, aussi, le maître mot de l’interprétation. Haller dans la Saint Jean nous emporte dans un flot. Jacobs, ici, nous interpelle, certes, mais n’éprouve-t-il pas, surtout, un plaisir à choquer et à couper les cheveux en quatre ?

 

À voir en vidéo