Des Variations Goldberg sobres et contrapuntiques

Comme le disait Alexandre Tharaud au Devoir, vendredi, « à un moment donné du cycle des Variations Goldberg, quelque chose nous dépasse ». Ressentir, par exemple, à quel point, l’Aria, reprise à la fin, ne sonne pas du tout comme au début, mais apparaît apaisée. Alexandre Tharaud a réussi ce cheminement, à sa manière, moins universelle que celle de Zhu Xiao Mei, qui, à Orford en 2012, feuilletait le grand livre de la vie.

 

L’approche de Tharaud met surtout en relief le contrepoint. Jusqu’au milieu du cycle, on est en droit d’être désarçonné par cette manière, tel le Petit Poucet, de parsemer le flot musical de notes isolées en saillie. À la 19e Variation, j’ai perçu qu’il s’agissait sans doute de bribes d’Aria qui continuaient ainsi à flotter dans l’air. Ce parti pris peu spectaculaire, cette illumination étrange et inhabituelle, apparaît presque schématique. Comme chez Zhu Xiao Mei, il n’y a aucunement chez Tharaud la sorcellerie digitale des élans irrépressibles de Gould, pas plus que la candide poésie de Perahia. Je ne saurais dire si un petit côté lourd et épais est lié au jeu du pianiste, à la mécanique rétive de l’instrument de la Salle Bourgie ou à une salle qui couve le son.

 

Outre la reprise lumineuse et onirique de l’Aria, au bout du parcours, le chef-d’oeuvre de l’interprétation de Tharaud est la 18e Variation, le Canone alla sesta, avec un jeu d’écho quasi irréel à la main droite. Quant aux reprises non effectuées, Tharaud a fait ce choix dans plusieurs Variations, ce qui contribue à une fluidité accrue du cycle. Dans la respiration d’ensemble, le pianiste, qui orne modérément, observe deux pauses : l’une avant l’ouverture française (formidable variation 16, plus ornée pour en souligner le caractère français), l’autre avant la grande variation en mineur (25).

 

Des Variations Goldberg présentées à Montréal ces dernières années, mes affinités personnelles vont vers l’ascèse lumineuse d’Evgeni Koroliov, au piano, et de Benjamin Alard, au clavecin, mais j’ai été intéressé par le parti pris contrapuntique sobre d’Alexandre Tharaud.

À voir en vidéo