Disque - Matangi, M.I.A.

Mathangi « Maya » Arulpragasam est l’une des artistes les plus marquantes du jeune XXIe siècle. Son premier album, Arular (2005), avait jeté les bases d’un son nouveau qui inspira de nombreux musiciens des années 2000. En 2010, quand M.I.A. parla d’espionnage massif des citoyens par les conglomérats d’Internet, beaucoup la traitèrent de lunatique, voire de partisane des théories du complot. Trois ans plus tard, en plein scandale de la NSA, ce nouvel album, intitulé en l’honneur de la déesse hindoue de la musique (et bien sûr d’elle-même), arrive fort à propos. Matangi vient rappeler que M.I.A. a toujours l’élan de l’artiste engagée qui traite de politique et de droits de la personne. Cet enchevêtrement musical au parfum d’Orient et aux allures de compilation hallucinogène pour soirée déjantée montre aussi que la Britannique d’origine sri-lankaise n’a rien perdu de son sens de la fête. Peu d’artistes savent, comme Maya, donner l’envie de danser et de s’insurger à la fois.



À voir en vidéo