Disque - Pendentif, Mafia douce

Toute récente découverte dans le monde de la pop, le groupe français Pendentif lancera mardi son premier album complet en sol québécois. Déjà, comme nom de groupe, Pendentif, c’est plutôt joli et cocasse, voire évocateur. La musique du quintette est rêveuse, scintillante, un peu vaporeuse, faite d’une pop très frenchy et en même temps pas mal brit, qui fait penser à celle de la formation Granville. Il y a des guitares électriques sans trop d’effets de distorsion, mais avec beaucoup d’écho, et les douze titres de Mafia douce sont portés par une batterie économe, une basse funk et des claviers spatiaux. Avec sa chanteuse à la voix gamine, le groupe fait penser à Indochine, à Lio, à Yelle, voire à Vanessa Paradis avec Biolay aux commandes. En ce sens, c’est un peu de la peinture à numéros, mais ce Mafia douce coule de source, sans accroc. À voir au Coup de coeur francophone avec Forêt, ce samedi 9 novembre à L’Astral.