Disque - Maison Brume, La vie sabbatique

Appellation représentative. C’est bel et bien une maison dans la brume, cette musique. Mais une maison qui flotte, genre péniche. Ça navigue au violoncelle de Mariane Bertrand, ça tient sur la basse-bouée d’Étienne Dupray, ça transporte la voix susurée et les chansons délicates de Florian Seraul (d’origine française, supputons), et on se laisse emporter. Envelopper. Bercer. Assez délicieusement, merci. Ce mini-album est le deuxième du tout jeune groupe, qui s’aventure cette fois à l’extérieur (le premier se passait à l’intérieur, voir le clip d’En terre promise). Là, c’est l’eau qui goûte le sel dans Collioure, c’est l’évocation de Paris sous la pluie, on note les Impressions d’automne. Un peu répétitif à première écoute, tel un doux groove ininterrompu, les joliesses des arrangements de Seraul et Jesse MacCormack se révèlent à travers le brouillard, vagues d’harmonies, montées d’arpège, variantes subtiles qui font, au final, le charme de la bicoque. Mon disque de fin d’été.


À voir en vidéo