Disque - The Julie Ruin, Run Fast

Une personne intéressée un tant soit peu au punk ou à la cause féministe verra ce premier album du groupe The Julie Ruin comme un événement. Le patronyme Julie Ruin existe depuis longtemps. En 1997, la légendaire Kathleen Hanna (icône des années 1990 et chanteuse du groupe punk Bikini Kill puis du trio danse Le Tigre) l’utilisait comme pseudonyme pour faire paraître un album solo. Après un long combat contre la maladie de Lyme, Hanna reprend le micro pour créer ce nouveau quintette. À plus de quarante ans, la riot girrrl à la voix stridente n’a rien perdu de sa fougue. Elle délaisse par contre un peu son rôle de porte-parole du mouvement et signe avec Run Fast des chansons au registre plus personnel. Le punk féminin engagé vit presque une sorte d’heure de gloire (grâce notamment aux Russes Pussy Riot), et The Julie Ruin vient couronner cette tendance. Si le personnage vous intéresse, le film The Punk Singer, sorti en mars dernier, documente le parcours de l’artiste.
 

À voir en vidéo