Lyle Lovett et Chris Isaak à la PdA : le grand tranquille et le joyeux pugiliste

Photo: François Pesant Le Devoir

Chacun est un cas de figure, chacun a une sacrée gueule : le programme double proposé par le FIJM jeudi soir à la salle Wilfrid-Pelletier ne manquait pas de caractère. On avait Lyle Lovett (notre photo), l’efflanqué tout pointu qui ne s’énerve jamais et dont le country-folk se laisse écouter, et on avait Chris Isaak, l’ancien poids léger au nez cassé, qui ne tient pas en place et brille jusque dans les allées avec son costume en miroirs et son rockabilly déchaîné. 

À voir en vidéo