Disque - Christine Salem, Salem Tradition

La voix grave de Christine Salem pénètre dans les profondeurs d’un blues qu’elle secoue avec son kayamb, une percussion emblématique de La Réunion, d’où elle vient. Elle est l’une des rares voix féminine du maloya, l’ancienne musique des esclaves, mais son chant possède l’universalité qui rappelle parfois des grandes comme Mercedes Sosa. Christine Salem mélange aussi la musique de son île avec celles d’autres régions de l’océan Indien et de l’Afrique de l’Est. Elle chante en créole, en malgache, en swahili. Elle peut aussi parler sur les percussions comme dans un conte, et son chant se métisse aussi à quelques occasions avec les formes de soul blues des membres de Moriarty. Le maloya surgit souvent comme une claque frénétique de percussions pour faire sortir le mal. À d’autres moments, l’harmonie des voix rappelle les spirituals américains ou même les hymnes sud-africains. À découvrir absolument ce vendredi à l’Esplanade, rue Clark Nord, au FIJM.

À voir en vidéo