Entre cahier des charges et libertés saisies

C’était pas sûr que j’y sois, à ces Francos, 25es du nom : flou artistique de ma convalescence de récent opéré. Finalement, j’y étais, un brin prématurément : mes articulations n’ont cessé de me le rappeler.

J’aurai eu d’extraordinaires récompenses. Je pense d’emblée à Louis-Jean Cormier et les siens autour d’un micro au Pub Rickard’s chantant Nous partirons, de Félix, inspirants et libres. Je pense aux Hay Babies et Chantal Archambault extirpant Dany Placard de ses solos à la Neil Young, le rendant heureux au point de s’exclamer : « On a quatre filles avec nous autres, ça va ben en tabarnak ! » Je pense non sans une certaine émotion que je n’ai pas été souvent seul à vivre les spectacles, contrairement à d’autres années : ma douce aimée Carmen était là pour Lama (princier, le Serge !) et sera là ce samedi pour Daphné chante Barbara, et ma grande chum de shows Dominique - malgré son boulot fou - aura été à mes côtés quatre soirs, indispensable complice. Je pense à tout un chassé-croisé de commentaires sur Facebook, des artistes débattant sur ma page (Mara Tremblay répondant à Vander après Les Colocs pour la vie) : ces Francos auront été humaines, très humaines.


Elles auront été alourdies par le cahier des charges de l’anniversaire. Fallait-il autant d’hommages, de cinquantièmes soulignés à grands traits ? Dès Les chants d’amour de Félix, ça érigeait du monument déjà érigé. Les Colocs sans Dédé, une fois de plus, avec un Dédé de remplacement (et de beaux moments çà et là), était-ce bien nécessaire ? L’hommage à Brel en reprise, le grand déploiement autour de Léveillée, ça faisait beaucoup. Le grand spectacle 25 ans, 25 artistes, 25 chansons aura eu le mérite de ratisser large, et on se souviendra autant de Richard Séguin entonnant sa Journée d’Amérique que de Mara sur la petite scène osant Tout nue avec toi, et du grand plongeon des artistes à la suite de Dan Boucher, fabuleuse séance collective de crowd surfing. Célébration du passé très, très vivante.


Au moment d’écrire ces lignes, il y a encore deux jours de programmation, et j’aurai vu vendredi les spectacles que j’attendais le plus : les Soeurs Boulay au Soda, Louis-Jean Cormier et ses invités au Métropolis. Félicité anticipée ? Pardi ! J’aurai vu Lisa LeBlanc trois fois, pas une de trop : au spectacle de l’École nationale de chanson, partageant Kraft Dinner avec un diplômé de 2013, spectatrice enjouée au Pub, puis déchaînée dans un Métropolis rempli rien que pour elle. J’aurai twisté avec la belge Mademoiselle Nineteen, manqué le show Charlebois dont tout le monde a dit du bien, hélas enduré le synthé-pop simili 1980 du groupe français La Femme en première partie d’un Peter Peter pas meilleur, goûté deux fois le rock de bayous des Suisses de Mama Rosin, regretté de n’avoir pas l’énergie d’attendre la réunion de Possession Simple tard dans la nuit, entr’aperçu Biolay donnant superbement La superbe. Tout ça, quoi, et bien plus. Rendez-vous au 26e, en pleine forme.

À voir en vidéo