FrancoFolies - Coeur de pirate solo

À 23 ans, Cœur de pirate a un agenda bien rempli depuis déjà six ans.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir À 23 ans, Cœur de pirate a un agenda bien rempli depuis déjà six ans.

La voix est un peu rauque au téléphone. Béatrice Martin, alias Coeur de pirate, récupère d’une bronchite et d’un voyage à New York, avant de prendre la scène des FrancoFolies, pour un spectacle solo, au Gesù, dont Fanny Bloom assurera la première partie.


À 23 ans, Coeur de pirate a un agenda bien rempli depuis déjà six ans, ce que lui envieraient bien des artistes émergents de la scène québécoise. En plus d’avoir accouché il y a neuf mois d’une petite fille, Romy, elle entreprenait en mars dernier cette série de spectacles où elle se trouve seule sur scène. Une première dans sa carrière.


Coeur de pirate y livre la version solo des chansons qui figurent sur ses deux albums à ce jour.


« Je voulais montrer aux gens comment je travaille », dit-elle, car c’est d’abord seule au piano qu’elle écrit l’ensemble de ses chansons. Elle voulait aussi que cette série de spectacles soit une pure expérience scénique, puisque ces chansons solos ne seront pas enregistrées.


L’expérience s’est avérée exigeante, voire essoufflante, mais aussi gratifiante.


« Je peux plus me mesurer au public. Je peux montrer aux gens qui je suis vraiment », remarque-t-elle.


En tournée, accompagnée de sa fille, Coeur de pirate peut parfois profiter de la présence de son chum, le tatoueur Alex Peyrat, ou de l’aide de ses parents ou de ses beaux-parents, qui la suivent parfois dans ses déplacements.


« Ça se passe très bien », dit celle qui s’apprête par ailleurs à faire la tournée des festivals québécois cet été, dont le Festival de la poutine de Drummondville, et à écrire un autre disque cet automne.


Ravie de pouvoir faire de la musique avec un tel succès - elle a remporté en 2010 et en 2012 le prix de l’artiste qui s’est le plus illustrée hors Québec -, Coeur de pirate n’exclut pas la possibilité d’exploiter quelques-uns de ses autres talents.


Son prochain album pourrait mélanger les genres et être accompagné d’illustrations de son cru.


« Je faisais cela avant d’être chanteuse », dit-elle.


Quant à son chum, qui est aussi illustrateur à sa façon, il est l’auteur de certains tatous gravés sur la peau de sa belle, où il reste encore, confie la principale intéressée, de la place pour quelques autres dessins.

À voir en vidéo