Musique classique - Orford resserre son festival

Jean-François Rivest, directeur artistique du Festival Orford, a rendu public le contenu de l’édition 2013. Grande surprise : le festival a rétréci !


Le Festival Orford commencera cette année le 13 juillet - comme celui de Lanaudière - et non à la mi-juin comme d’habitude. Il s’ouvrira avec un concert des Violons du Roy dirigés par Jean-François Rivest dans un concept mêlant musique et danse.


Les trois concerts orchestraux proposent des associations avec des solistes dont la moyenne d’âge est inférieure à 20 ans. Jan Lisiecki jouera le Concerto pour piano de Grieg le 3 août ; Timothy Chooi, le Concerto pour violon de Dvorák le 11 août ; et Stéphane Tétreault, le Concerto en ut de Haydn le 18 août.


La présence de l’association avec l’OSM se résumera à une répétition publique de la5e Symphonie de Mendelssohn, avec Kent Nagano à la tête de l’Orchestre de l’Académie Orford, le 6 août. Les pianistes du festival seront Xiaouyu Liu, Marika Bournaki, André Laplante et Benedetto Lupo (le 4 août). L’ensemble Orford Six Pianos revient le 2 août, avec, notamment, une transcription du Sacre du printemps de Stravinski.


Les manifestations « Orford sur la route » et « Concerts de la relève » n’attendront pas le début du festival proprement dit. C’est que l’Académie, qui commence le 9 juin, tourne à plein régime : « 900 semaines-étudiants, qui remplissent l’Académie à ras bord », nous annonce Jean-François Rivest, qui explique la réduction de l’offre festivalière par « le public moins nombreux aux concerts de début de festival ces dernières années ». Des « raisons financières » expliquent donc le changement.


Quant à la piètre présence de l’OSM par rapport aux ambitions initiales, Jean-François Rivest dit « rester proche » de l’OSM, mais reconnaît que « le peu de jours de présence de Kent Nagano au Québec l’été » pose autant problème que « l’absence de lieu pour un concert symphonique de l’OSM », la salle de l’Université de Sherbrooke, la seule adaptée, étant très éloignée du Centre d’arts.

À voir en vidéo