Finale des Francouvertes - Les Hay Babies, jusqu’au bout

Pour une deuxième année consécutive au concours-vitrine Les Francouvertes, la formation ayant mené durant la ronde préliminaire et les demi-finales a vu la logique se poursuivre jusqu’au bout. Lundi soir au Club Soda, le trio néo-brunswickois Les Hay Babies, qui avait mené les classements des deux rondes précédentes, a devancé le groupe rap Dead Obies, qui a terminé au deuxième rang, et la chanteuse Marcie.

Les Hay Babies rejoignent ainsi Les Soeurs Boulay, Cholé Lacasse, Bernard Adamus, La Patère rose, Damien Robitaille et plusieurs autres dans la liste des gagnants du concours.


C’était à Marcie de commencer cette finale, dans un Club Soda curieux et toujours un peu fébrile. La jeune chanteuse était moins prudente que sur son premier disque lancé récemment. Le ton était un peu plus rapide et rock, notamment dans les guitares baignées dans l’écho et les effets électriques. Un peu malhabile dans ses présentations, Marcie a toutefois vocalement bien livré ses pièces romantiques, aux airs de Barbara (le titre Novembre en était un exemple patent) et de Hardy.


Puis Les Hay Babies sont montées sur scène, avec rien d’autre que leur instrument respectif : une guitare, une mandoline et un banjo. Véritable mélange entre la langue de Lisa Leblanc - « pas besoin de worrier », chantent-elles - et les harmonies vocales des Soeurs Boulay, Les Hay Babies sont à l’aise sur scène, souriant et regardant droit devant même si elles sont un peu forcées de rester devant leur pied de micro. Sur Bonnie and Clyde toutefois, les trois Acadiennes ont quand même tapé du pied en rythme, se rapprochant l’une de l’autre pendant les moments instrumentaux. À défaut d’être originale, leur proposition s’est avérée efficace, tirant à plusieurs un sourire difficile à retenir.


Ce sont les Dead Obies qui ont terminé la finale avec leur post-rap en franglais. Sacré contraste avec Marcie et Les Hay Babies ! Rythmée, bruyante et très physique, la performance des cinq rappeurs et de leur DJ était étonnante. Sautillant partout sur la scène du Club Soda, le groupe a fait montre d’un contrôle que l’on voit chez peu de groupes. Après une pièce faisant un clin d’oeil à Run DMC avant d’échantillonner Félix Leclerc, le groupe a cru bon prendre quelques instants pour justifier la langue qu’il utilise, soulignant que les membres sont « québécois francophones, anglophones, irlandais, fidjiens et jamaïcains, et [qu’ils] se rassemblent pour célébrer la langue ». Mais au final, Les Francouvertes auront encore raté leur rendez-vous avec le rap.


En 2010, la présence de Bernard Adamus aux Francouvertes avait suscité des questionnements quant à son « niveau » de découvertes. Signe des temps, c’est la langue très mélangée de Dead Obies qui a soulevé une interrogation cette année. L’organisation des Francouvertes songe déjà à préciser leur réglementation. « Plus vers une ouverture qu’une fermeture », nous a glissé hier soir la directrice de l’événement, Sylvie Courtemanche.


Comme le veut la méthode aux Francouvertes, le gagnant a été choisi à parts égales par le public présent et un jury de l’industrie.

À voir en vidéo