Disque - Marcie, Marcie

C’est l’une des finalistes aux Francouvertes, ce lundi. Pas pour rien. Marcie Michaud-Gagnon a bien appris de son année à l’École nationale de la chanson (de sa formation à Natashquan aussi): se distinguer de l’intérieur, sans se soucier indûment de réinventer la roue. Bien sûr, elle a du Barbara aux entournures, join the club. C’est comme dire d’une chanteuse country qu’elle a du Patsy Cline: faut bien une matrice à la mélancolie. Mais il faut aussi que le naturel l’emporte, que l’émotion passe. Jugez-en: «J’écris parce que mille / Fois j’aurais voulu prendre / Le large au lieu d’attendre / Que les mauvais jours défilent / Quand se brise le fil / Que la peine est trop lourde / J’écris pour mieux recoudre / Les coeurs trop fragiles» (Poème). Ce ton-là. Thèmes convenus, d’accord, beaucoup d’automne, une rose, l’aube, mais ce beau timbre à la fois délicat et lourd, qui sert aussi bien la chanson pop (La plus belle) que la complainte folk (Mercredi), fait son chemin jusqu’au coeur des choses. On va la suivre.

À voir en vidéo