Disque - Granville, Les Voiles

Passé mille heures sur Dailymotion, YouTube et autres armes de diffusion massive, à se gaver de France Gall période beau Serge ou à se repasser en boucle la séquence du Moonrise Kingdom de Wes Anderson où Jared et Kara s’échangent secrets et sécrétions sur Le temps de l’amour façon Françoise Hardy, on en arrive à cette sorte d’album. Des jeunes gens de Caen qui s’adonnent à du yéyé par choix, surf de garage sans rétroviseur et sans gêne, avec des guitares pas trop propres et réverbérées comme celles des Raveonettes, et de la Californie de fantaisie dans les platebandes des Beach House, Girls et assimilés. C’est de l’ordre du plaisir fugace, marée qui submerge aussi vite qu’elle se retire, mais ça rafraîchit là où ça splishe-splashe. Ici Nancy Sinatra (et son Bang Bang), là Sophie Marceau (et le fameux slow de La boum), un clin d’oeil n’attend pas l’autre, et la chanteuse Melissa Dubourg cultive son timbre désabusé. J’aime. La chouette midinette belge Mademoiselle Nineteen n’est plus seule.

À voir en vidéo