Jaser musique et en jouer

Encore faut-il savoir que Randy Bachman, dans l’histoire du rock, c’est non pas un chapitre, mais deux. On lui doit les fabuleuses années 1960 pop du groupe manitobain The Guess Who, dont il était le guitariste et principal créateur : These Eyes, Laughing, No Time, Undun, No Sugar Tonight, American Woman, c’est lui. On lui doit aussi la machine à riffs de guitare des années 1970, au sein du power trio Bachman-Turner-Overdrive. Roll On Down The Highway, Let It Ride, You Ain’t Seen Nothin’Yet, Takin’Care Of Business, c’est lui aussi.

Alors, bon barbu, mais vénérable, voire légendaire de son vivant. Et surtout, c’était tout l’intérêt de la soirée de mardi, gaillard poilu ET volubile. Et drôle. Et brillamment capable de vous expliquer comment des railleries d’enfant entre l’un de ses frères et lui (frérot bégayait, Randy était plus qu’enveloppé) a fini, par un concours de circonstances complexe et cocasse, par donner au monde You Ain’t See N-n-n-n-n-othin’Yet. Entre autres récits impossibles à rendre sans verbatim.

Il faut savoir aussi que Randy Bachman, depuis quelques années, anime à la radio de la CBC son Randy’s Vinyl Tap, où il explique, guitare en bandoulière, collection de vinyles à l’appui, comment ceci a influencé cela, quel picking de Chet Aktins a été réinventé par Scotty Moore en riff de That’s All Right, Mama pour Elvis, etc. Le spectacle de mardi, se limitant au corpus Guess Who/BTO, c’était ça. Toutes sortes de liens fascinants, assaisonnés de road movies de musiciens en tournée, avec mille clins d’oeil aux Neil Young, Doobie Brothers, Kingsmen, Shirelles et tant d’autres condisciples et amis croisés along the way.

J’aurais parfois aimé des versions complètes - sa ligne de guitare dans No Time, c’est le grand frisson -, mais pas une anecdote n’était de trop ni trop longue, pas un détail non justifié. En vérité, j’aurais souhaité que ce rendez-vous soit hebdomadaire. Comme son Randy’s Vinyl Tap, l’émission de radio où la musique et l’histoire de la musique coulent comme des érables canadiens au printemps.

À voir en vidéo