Les originalités de l’OSQ

Le chef d’orchestre Fabien Gabel a tenu parole : la nouvelle programmation a ses excentricités.
Photo: Renaud Philippe - Le Devoir Le chef d’orchestre Fabien Gabel a tenu parole : la nouvelle programmation a ses excentricités.

En tout cas, le chef français tient parole en matière de touches originales, puisqu’il a déniché une symphonie de l’excellent Friedrich Gernsheim (1839-1916), ami et disciple de Brahms, qu’il couplera avec le 2e Concerto pour piano de ce dernier, joué par Marc André Hamelin. On remarque aussi la scène d’amour de Feuersnot, l’opéra le plus mésestimé - à tort - de Richard Strauss. Parmi les concertos pour violon, les mélomanes de Québec entendront Stravinski, Korngold et le 1er de Prokofiev en plus du Tchaïkovski, et le choeur, désormais cinquantenaire, est davantage mis en valeur que d’habitude.

Le concerto d’ouverture, le 12 septembre, affichera Emmanuel Ax dans le 3e Concerto de Beethoven, ce qui laisse à penser que les finances de l’orchestre sont moins désastreuses que le veut la rumeur… L’autre affiche luxueuse est la présence de Jennifer Larmore dans les Sept lieder de jeunesse de Berg et Shéhérazade de Ravel.

On notera aussi plusieurs choix avisés d’artistes : le brillant chef Alexander Shelley (fils du pianiste Howard), la violoniste Alina Pogostkina et le pianiste Bertrand Chamayou.

Parmi les nouvelles initiatives très logiques, une série de trois concerts du mercredi au Palais Montcalm dans le répertoire classique. Il sera titillant d’aller y écouter, en mars 2014, le compositeur Matthias Pintcher diriger Mozart et du Beethoven.

Enfin, hors série, le pianiste Alain Lefèvre jouera avec les élèves du programme Musique-études de l’école secondaire La Seigneurie, et l’OSQ s’associera avec le Théâtre de la Bordée pour présenter Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare accompagné de la musique de scène de Mendelssohn.

À voir en vidéo