Disque - Martha Wainwright, Trauma saison 4

Ariane Moffatt en Ronnie Spector languissante ? Le Pascale Picard Band égratignant Farewell Angelina ? Jusqu’ici, le volet chansons de la série télé Trauma était, disons, traumatisant. Choix contre nature, chocs de styles sans doute voulus mais rebutants, un curieux parti pris pour un répertoire anglo des années 1960, ce qui fonctionnait dans le contexte dramatique ne passait pas du tout l’épreuve du disque. On a ici l’exacte impression contraire. Tout simplement parce que c’est Martha Wainwright, et parce que Martha chantant Ayoye d’Offenbach n’est pas du tout étrange, pas plus que T’es jamais partie de Mara Tremblay : c’est sa québécitude qu’elle embrasse, l’héritage McGarrigle. Qu’elle donne en français ses propres chansons, revisite Dubois, Bélanger, voire La nuit n’en finit plus de Petula Clark (Needles and Pins, 1963, l’exception !), tout lui va, tout lui appartient. Martha n’a pas seulement servi une série : elle a fait un disque. Son disque.

À voir en vidéo