Disque - Maïsky, Classic albums

Deutsche Grammophon réédite en coffret, avec reproduction des pochettes originales, des classiques du violoncelliste Mischa Maïsky. L’art de l’artiste israélien d’origine lettone, âgé de 65 ans, est caractérisé par la fougue, la ferveur et la générosité. S’il est un peu « coeur sur la main », le jeu de Maïsky est toujours sincère. On ne cherchera pas la justesse stylistique dans les suites de Bach (2e version), mais on éprouvera beaucoup de plaisir sonore et sensoriel, un ingrédient cultivé dans des récitals thématiques tels Méditation, Vocalise ou Après un rêve. Par contre, je n’arrive pas à comprendre comment Maïsky a pu donner son accord à un coffret qui omet « le » grand enregistrement de sa carrière : Schelomo de Bloch avec Bernstein. Certes, l’artiste déclare détester le concerto de Dvorák qui lui était couplé et choisit celui avec Mehta, couplé à Don Quichotte de Strauss. Mais Maïsky sans Schelomo, c’est comme Callas sans Tosca.

À voir en vidéo