South by Southwest – Peter Peter et Lisa LeBlanc seront du volet Planète Québec

Lisa LeBlanc figure parmi les artistes du Québec qui s'envoleront pour Austin, au Texas.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Lisa LeBlanc figure parmi les artistes du Québec qui s'envoleront pour Austin, au Texas.

Peter Peter, Lisa LeBlanc, Karim Ouellet, Blue Hawaii et Plaster figurent parmi les artistes du Québec qui s'envoleront pour Austin, au Texas.

Pour une troisième année, le volet Planète Québec tentera de faire valoir le talent d'ici dans le cadre de South by Southwest, un important événement de réseautage en sol américain.

L'événement, qui se tiendra du 8 au 17 mars, accueille chaque année des milliers de professionnels d'un peu partout dans le monde.

Les organisateurs ont présenté, lundi, à Montréal, les quelque 200 artistes du Québec, organismes de diffusion et entrepreneurs en médias interactifs qui feront partie du contingent québécois.

Quarante groupes se produiront au Swan Dive, un bar-spectacles du centre-ville d'Austin. South by Southwest, c'est également du réseautage entre programmateurs de festivals internationaux et gérants d'artistes.

Cette année, le Festival d'été de Québec et l'équipe de casting du Cirque du Soleil s'ajoutent aux commanditaires. Le gouvernement du Québec contribue environ 250 000$.

Peter Peter, dont le dernier album «Une version améliorée de la tristesse» a fait sa marque du côté des radios universitaires américaines, compte bien profiter de cet élan dans le cadre de South by Southwest.

Les radios universitaires ont hissé l'album de Peter Peter en 39e position du CMJ Radio top 200.

Le jeune artiste pop-rock espère que l'événement au Texas lui permettra de lancer une mini-tournée aux États-Unis sur la scène indépendante.

«Le 'buzz' est encore là. South by Southwest sera l'occasion de rencontrer des diffuseurs. (...) On a le goût de frapper fort », a exprimé Peter Peter en entrevue.

Il s'est réjoui d'être accueilli à Planète Québec au Texas, particulièrement pour de la chanson en français, évoquant avec envie le beau parcours sur les scènes indépendantes de la formation québécoise Malajube. «Ça fait des années que j'en entendais parler. J'étais un peu jaloux de ceux qui allaient à Austin. Je suis très content d'y aller et de faire valoir ma musique, surtout en français, ça n'a pas de prix.»

Un obstacle, chanter en français? «C'est plutôt l'inverse, dit l'auteur-compositeur-interprète. Si je faisais la même chose en anglais, ce serait moins particulier. On a réussi un album en français, mais qui sonne anglo-saxon. Il y a un cachet. Je suis très fier d'aller chanter en français.»

Les formations Doldrums, Hôtel Morphée, Majical Cloudz, Final State et The Besnard Lakes sont aussi du lot.

Sébastien Nasra, président fondateur de M pour Montréal, l'un des groupes qui chapeautent l'événement, a dit croire à une «évolution fulgurante» en trois ans.

« Quand on dit qu'on vient de Montréal, il y a une valeur ajoutée pour piquer la curiosité des professionnels. (...) C'est la diversité des genres qui marque la programmation cette année », a soutenu M. Nasra.

Parmi les artistes qui pourraient, selon lui, le plus profiter du tremplin cette année figurent Mac DeMarco et Half Moon Run.

«Le nom de Mac DeMarco revient souvent, souligne-t-il d'emblée. Vraiment depuis les six derniers mois, il fait beaucoup jaser, et ses différents shows sont attendus. (...) Half Moon Run, le groupe a joué à Austin l'an dernier, mais a depuis fait le tour de la planète. Le deuxième passage devrait amener encore plus de retombées. Le mot se passe vite. J'ai très, très hâte de voir l'impact.»

Le caractère français n'est pas non plus à négliger pour l'organisateur, et peut même représenter un atout. «Le petit groupe d'expression francophone sort du lot. Cela devient une curiosité qui peut permettre de faire des gains», a-t-il avancé.

M. Nasra cite encore Karim Ouellet, qui pourrait se démarquer avec son folk rock teinté de soul. «Ce ne sera peut-être pas en quantité, mais en qualité. Ça marche souvent lorsqu'il y a un son avec une particularité. On se souvient de Malajube. Ce n'est pas tellement le fait qu'ils s'exprimaient en français, mais bien leur énergie brute, leur musicalité», a-t-il fait valoir.

Par Jean Philippe Angers
3 commentaires
  • Stephane Rainville - Inscrit 18 février 2013 21 h 16

    Lisa LeBlanc - Une artiste du Québec?

    "Lisa LeBlanc figure parmi les artistes du Québec qui s'envoleront pour Austin, au Texas." annonce Le Devoir. Sauf que Lisa LeBlanc n'est pas une artiste du Québec mais bien un acadienne de Rosaireville au Nouveau-Brunswick. J'ignore si l'artiste acadienne a élu domicile au Québec, mais en matière culturelle, le lieu de résidence importe peu. Est-ce qu'on dirait qu'Antonine Maillet est une écrivaine québecoise, qu'Édith Butler est une chanteuse québecoise, ou que Phil Comeau est un réalisateur québecois seulement parce qu'ils ne résident pas en Acadie?

  • robert morin - Inscrit 20 février 2013 10 h 36

    La proie pour l'ombre...

    @ Stephane Rainville

    Je ne comprends pas que l'on s'en prenne ainsi à Lisa Leblanc qui, au moins, est une artiste francophone... alors que bien d'autres artistes de cette brochette promue par des fonds quéébécois ne produisent qu'en anglais SEULEMENT. Allez lire la bio de Mac DeMarco (et son site IN ENGLISH ONLY) et vous constaterez qu'il n'est ni Québécois, ni Acadien, ni Montréalais (sauf depuis très peu) et surtout, pas du tout un artiste faisant partie de notre identité culturelle francophone... Il ne participe en rien à préserver la diversité culturelle, c'est un autre produit du courant anglosaxon assimilateur... Vous visez la mauvaise cible cher M. Rainville!

  • robert morin - Inscrit 20 février 2013 12 h 08

    Visa Leblanc... tua le noir!

    Incroyable tout de même qu'à peine quelques jours après la tenue d'un grand forum sur la chanson québécoise en péril, un tel article fasse aussi peu réagir et que l'on accepte ainsi le fait que l'on engage des sommes importantes au Québec (dont une bonne part d.argent des contribuables) pour faire la promotion... de la chanson anglophone!
    Doldrums, Majical Cloudz, Final State, The Besnard Lakes, Mac DeMarco et Half Moon Run... Vive la culture uniformisée et nivelée et au diable la diversité culturelle! Déprimant que l'on regarde ainsi passer le train sans rien dire et parfois même en le ravitaillant pour qu'il nous passe dessus encore plus rapidement!