Jazz - Le Wow! du Très Grand Groupe

Sur le bas de la pochette, on peut lire Wow !. À cela on fera un ajout qu’on aimerait conjuguer avec tintamarre. Mais encore ? Wow ! il est enfin de retour, le TGG, le Très Grand Groupe qui regroupe Jean Derome aux saxos, aux flûtes et au génie, Normand Guilbeault à la contrebasse et à la puissance, Pierre Tanguay à la batterie et aux ambiances, les bonnes et belles s’entend.


On est très content et de très mauvaise humeur. Mauvaise parce qu’après tant d’années, on ne comprend pas que ce groupe ne soit pas perçu pour ce qu’il est. Ce qu’il est dans le sens le plus réel du terme, le plus concret qui soit, le plus terre à terre qui soit (bis), soit, on le répète, un très grand groupe.


Il est fort probable, pour ne pas dire certain, que si ce trio n’a pas la reconnaissance du « monde mondial » - oui, du monde mondial ! - qui lui revient de droit - oui, de droit ! -, c’est affaire de marketing, le paravent de la « grosse argent ». Il est tout aussi probable que, s’ils n’ont pas des doses, les bonnes doses, de reconnaissance, c’est que jamais ils ne racolent. Jamais ils ne sont béni-oui-oui.


Bref, ils sont exigeants dans le sens le plus noble du terme. Autrement dit, leur musique commande de l’attention, de la curiosité, de l’ouverture d’esprit, ainsi qu’un refus des poncifs, des lieux communs de la vulgarité.


Autrement dit (bis), dans leur catégorie, soit celle rassemblant des trios dont l’architecture est identique à la leur, ils sont les alter ego du groupe Air du saxophoniste Henry Threadgill, de celui animé par Oliver Lake, Reggie Workman et Andrew Cyrille et bien d’autres de cet acabit. Pour faire court, on ne sait plus qui est en bonne compagnie. Passons à l’album.


Wow ! se décline en six morceaux seulement. On écrit « seulement » parce que question temps, il est un peu court, l’album. Passons. Il y a donc six pièces. Trois signées par Jean Derome. Les autres ? Earl Hines, Lennie Tristano, Ray Henderson, et bien sûr Eric Dolphy, à qui nos trois artistes sont d’une fidélité d’autant plus remarquable que ce cher Dolphy est quelque peu dans l’oubli actuellement.


À l’instar du précédent album, Wow ! démarre sur les chapeaux de roues et se conclut dans le bon et juste fracas. Entre les deux, nos trois bonshommes détaillent, déclinent, sculptent une musique d’une incroyable densité. Mettons qu’ils jouent avec une conviction admirable. Une conviction qui n’est rien d’autre que le reflet de leur immense talent.


Wow ! a été publié par le label Ambiances magnétiques.


***


Comment dit-on déjà ? Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage, ou « sang foie » sur l’ouvrage tu remets… Bon. Toujours est-il que l’on revient sur une nouvelle que l’on avait escamotée. Tellement qu’en guise d’acte de contrition, on s’engage à être sommelier du pape. C’est dire.


Blague à part, il s’agit du travail effectué par la filiale allemande d’Universal, propriétaire, et là on est en plein dans le coeur du sujet, de TOUT le catalogue Verve. Après enquête menée d’une manière à rendre jaloux Nestor Burma, on a découvert que, sous la forme d’un compact (10 $ seulement) rassemblant deux disques enregistrés dans les années 50 et 60, on propose une quantité incroyable d’enregistrements qui avaient disparu des bacs des disquaires depuis… une cinquantaine d’années ! Passez le mot.

2 commentaires
  • Jean-François Marrotte - Abonné 2 février 2013 10 h 23

    deux disques enregistrés dans les années 50 et 60

    Bonjour,
    C'est bien aimable à vous de nous signaler ce compact mais il aurait aussi été utile de nous donner plus d'information pour nous aider à le trouver.... J'essaie depuis quelques minutes de jouer au détective de Léo Malet mais vous ne nous avez donné que peu d'indices.

    Jean-Fançois

  • Ginette Poissant - Abonnée 4 février 2013 09 h 42

    Jazz - Le Wow! du Très Grand Groupe

    Bonjour,

    À quel endroit pouvons-nous trouver ce CD?
    Merci,

    Ginette