Disque - Mitsuko Uchida, Mozart. Concertos pour piano # 9 et 21

Divine surprise: voici — après les Concertos nos 20, 23, 24, 27 — un troisième volume de concertos de Mozart réenregistrés à Cleveland par Mitsuko Uchida au faîte de son art. On ne saurait assez souligner à quel point ces parutions, comme celles de Nelson Freire, sont des événements précieux. Le ton en est donné en quelques secondes: une première note tenue sur toute sa longueur à l’orchestre, une entrée du piano en confidence.

Ce Mozart me fait penser à celui de Giulini à la fin de sa vie: pas le moindre à-coup, des phrases fondues l’une dans l’autre. À une époque où tout est accent et articulation, en lieu et place d’une dégustation sensorielle des harmonies, Uchida nous offre le temps suspendu. À lui seul, l’Andantino du 9e concerto justifie l’achat: son étreignante beauté et sa profondeur donnent envie de pleurer. Oui, ce CD est le plus émouvant de l’année.

 

Mozart - Andantino Uchida


À voir en vidéo