Décès de Maryvonne Kendergi

Maryvonne Kendergi, grande figure de la musique contemporaine et de Radio-Canada, est décédée mardi à Montréal à l'âge de 96 ans. Née en Arménie en 1915, diplômée de l'École normale de musique de Paris et de l'Université de la Sorbonne, Maryvonne Kendergi fut une cheville ouvrière des grandes heures de la musique à Radio-Canada et fit sa réputation à travers plus de 200 entretiens avec les plus grands musiciens, notamment des compositeurs.

En 1966, elle fit partie des fondateurs de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) puis enseigna l'histoire de la musique canadienne et québécoise à la Faculté de musique de l'Université de Montréal.

L'oeuvre de cette grande figure qui a oeuvré pour la promotion de la création musicale est merveilleusement documentée dans la section «radio en profondeur» du site Internet de Radio-Canada, à l'adresse www.radio-canada.ca/radio/profondeur/kendergi. On y trouve notamment cinq émissions d'une heure d'entretiens avec Françoise Davoine réalisées en 2001 et retraçant l'ensemble de sa carrière et de son oeuvre, mais aussi, dans une section «archives», des entrevues et extraits d'entrevues de Maryvonne Kendergi avec Igor Stravinski, Edgar Varèse, Serge Garant, Ernest Ansermet et Arthur Rubinstein.
11 commentaires
  • Nasboum - Abonné 29 septembre 2011 06 h 53

    Le Devoir

    Vous n'auriez pas pu mettre une photo d'elle, en plus de l'entre-filet?

  • josephflavius - Inscrit 29 septembre 2011 07 h 51

    Kendergian

    Si c'est tout ce que l'on trouve à dire sur cette grande dame de la musique,de la culture musicale et de sas réalisation, nous sommes rendu bien bas.

  • LFerretti - Inscrit 29 septembre 2011 07 h 59

    Une grande Québécoise

    J'ai connu Maryvonne Kendergi pendant mon adolescence, dans les années 1970, par ce qui était alors le FM de Radio-Canada, où elle animait des émissions sur la musique et où ont été diffusées les grandes entrevues qu'elle a réalisées avec les principaux musiciens de l'époque. Elle a contribué énormément à former et à informer mon goût pour la musique classique.

    Je me souviens d'un discours qu'elle a prononcé à la veille du référendum de 1980. C'était à l'aréna Maurice-Richard, je crois. Elle avait été invitée par le camp du "OUI". Elle y disait son amour du Québec. Elle y disait qu'en tant que Québécoise née ailleurs, elle l' était par choix, par gratitude, par désir de faire sienne la mémoire d'ici et de bâtir ici, avec tous. Elle disait aimer le Québec doublement, justement parce qu'elle l'avait choisi et qu'il l'avait choisie. Ce Québec, elle l'avait fait sien, pleinement sien, pour toujours; et elle nous invitait tous à le choisir et à le rechoisir. Ce fut un grand moment d'émotion collective.

    Louise Bail a fait paraître il y a quelques années un livre extrêmement intéressant sur Maryvonne Kendergi aux éditions Hurtubise. Quelle vie pleine et généreuse!

  • Roland Berger - Inscrit 29 septembre 2011 08 h 20

    Merci !

    Merci à cet inébranlable pilier de la culture 1
    Roland Berger

  • Jean-Claude Couture - Inscrit 29 septembre 2011 10 h 41

    Maryvonne Kendergi

    J'ai eu le bonheur et l'honneur de connaître Mme. Kendergi et de travailler avec elle particulièrement dans le cadre de son engagement pour la musique contemporaine. J'ai découvert une femme passionnée et engagée totalement dans cet univers particulier. J'ai pu bénéficier de ses grandes connaissances muaicales et de son immense réseau d'amitié qu'elle avait au pays comme à l'étranger. Le Québec perd une grande dame de la musique et elle mérite plus qu'un court article dans un journal. Radio-Canada devrait faire connaitre un peu plus l'oeuvre de Maryvonne Kendergi.
    Jean-Claude Couture