Arthur H en spectacle au Spectrum - Des chansons qui font leur vie

Les FrancoFolies se suivent et les spectacles d'Arthur H ne se ressemblent pas. Le fils Higelin a choisi de se présenter ce soir au Spectrum, au bras de sa troublante Négresse blanche, sous les traits d'un homme plus que jamais amoureux de toutes les femmes.

Sur son nouvel album, Négresse blanche, paru de ce côté de l'Atlantique en juin, Arthur H convoque une galerie de personnages féminins. Ils sont observés d'un oeil parfois tendre — Raïssa — et souvent langoureux — Lady X , Le Jardin des délices. Qu'elles soient techno, arabo-funk ou vaguement disco, les mélodies sont toujours hypnotisantes. Et même quand les rythmes se font plus lourds, et les samples plus présents, la voix rauque, parfaitement maîtrisée, reste chaude et caressante.

Alors, Arthur H, chanteur érotique? Au bout du fil, dans son appartement parisien, l'homme laisse monter son rire. «Non, pas vraiment... Simplement, je pense que la musique, c'est de toute manière sensuel. Par essence, finalement.» À l'évocation des photos qui ornent son album, pour lesquelles il a posé, la barbe hirsute et les cheveux ébouriffés, en compagnie d'une femme nue, le sieur H consent toutefois à se dévoiler davantage. «Bon, c'est vrai que j'aime bien les climats qui, éventuellement, rapprochent les corps! Mais de là à faire de la poésie érotique ou de lupanar, non, c'est pas ça. C'est plus sensuel qu'érotique.»

Du désir, donc, mais aussi une certaine lumière, une légèreté que ne permet pas l'érotisme pur. Toutes les femmes de Négresse blanche ont un côté solaire qui les rend attachantes. Même Marilyn Monroe, qui devient dans Marilyn Kaddish une «marchande de magie blanche» avant d'être «la frêle idole blonde jetée dans la gueule du monde» que sa légende a immortalisée.

«Aujourd'hui, dans le monde dans lequel on vit, c'est un peu un combat d'essayer d'avoir une énergie un peu plus joyeuse et qui ne soit pas superficielle, estime le chanteur. Même quand il y a une nostalgie, j'ai envie qu'il y ait une étincelle dans cette nostalgie. J'ai pas envie qu'elle vous traîne par le bas, mais au contraire qu'elle vous amène à quelque chose de vivant, d'éveillant. C'est quelque chose que je cherche, cette joie qui vous tombe dessus comme ça et qui vous rend la vie plus dense. Et plus légère, aussi.»

Des chansons libérées

Une recherche de textures et d'atmosphères, explique Arthur H, commencée avec l'album Trouble-fête, qui s'est poursuivie avec Des fleurs pour Madame X et dont Négresse blanche est la nouvelle étape. «Mais pas la conclusion, précise-t-il. Plutôt l'aboutissement d'une énergie où on a voulu avoir une couleur un peu technoïde, faire quelque chose de moderne, en utilisant les samples, mais en ayant quand même de vraies chansons avec une vraie histoire, une vraie mélodie.»

La filiation est aussi palpable, sur scène, entre le spectacle que monsieur H et ses acolytes promènent actuellement en France et la tournée Fête trouble issue de Trouble-fête. «On a un peu repris le spectacle, mais on l'a rendu plus sobre, on l'a poussé dans ses derniers retranchements.» Ainsi, les sculptures-totems du décor d'origine se sont transformées en un seul robot porteur de multiples éclairages... qui n'a toutefois pas fait le voyage jusqu'à Montréal, faute de moyens financiers.

Arthur H promet néanmoins de livrer ce soir toutes les pièces de son nouvel opus, mais sans préciser sous quelle forme. «Les chansons, une fois que tu les as libérées du disque, elles font leur vie. Elles grandissent, elles se transforment. Il y en a certaines qui ressemblent au disque et puis d'autres qui sont complètement différentes. Mais, de toute manière, l'énergie est forcément beaucoup plus vivante. C'est une liberté qu'on a avec les chansons: on peut les pousser dans le précipice.»

Il n'y aura donc pas de robot, mais il y aura un chanteur allumé. Il y aura ses fidèles — Brad Scott (basse, contrebasse), Nicolas Repac (guitare) et Franck Vaillant (batterie). Et surtout, il y aura la musique. «Et le spectacle, c'est quand même principalement la musique. Alors, quand la musique est là, tout va bien!»

Arthur H — Négresse blanche

Ce soir, au Spectrum.

À voir en vidéo