Musique du monde - Universalité et intemporalité

Yves Bernard Collaboration spéciale
Sergent Garcia sera à La Tulipe le 21 septembre prochain.<br />
Photo: Liberto Peiro Sergent Garcia sera à La Tulipe le 21 septembre prochain.

Ce texte fait partie du cahier spécial Rentrée culturelle 2011

Le menu de l'automne s'annonce très riche. Voici quelques incontournables.

Goran Bregovic

Il y a cinq ans, l'orchestre avait enflammé la grande scène du Festival de jazz avec une quarantaine de musiciens. Cette année, ils ne seront que 19. C'est la fanfare rom qui souffle comme une tornade; la musique liturgique, le rock et les effets dramatiques dans la fête au village. À la vie comme à la mort! Au Métropolis, le 22 octobre à 20h.

Diego el Cigala

Considéré comme l'un des plus importants cantaores de la génération actuelle du flamenco, Diego el Cigala fait émerger la souffrance profonde de sa voix ensablée. Après quelques mariages bellement consommés avec la musique cubaine, il a lancé Cigala & Tango qui dévoile des classiques du tango en version flamenca. Au théâtre Maisonneuve, le 3 novembre à 20h.

Sergent Garcia

Il y a deux semaines, il a livré à Gaspé une prestation de haute voltige, ce qui est de bon augure pour sa rentrée montréalaise. À sa salsamuffin multilingue et à son message d'humanité, el sargento ajoute maintenant la cumbia, quelques autres rythmes colombiens et une touche plus urbaine. Un vrai feu brûlant! À La Tulipe, le 21 septembre à 20h30.

Bassekou Kouyate

Grand rénovateur et virtuose du luth ngoni, Bassekou Kouyate fut l'une des principales découvertes africaines l'an dernier. Le revoici avec son groupe Ngoni Ba, qui projette un groove fulgurant, des attaques dévastatrices, des mélopées puissantes et un imaginaire à la fois très mandingue et universel. À L'Astral, le 24 novembre à 20h.

Boubacar Traoré Trio

Véritable légende vivante et guitariste mythique du Mali, Boubacar Traoré incarne la force tranquille d'un musicien fermier solide comme un tronc. Le style acoustique épuré et la voix de ténor rugueuse habitée par un grain de la tristesse de son blues, il vient présenter Mali Denhou, son premier album studio en six ans. À L'Astral, le 1er octobre à 20h.

Ballaké Sissoko & Vincent Segal et Mamani Keita

Les deux premiers viennent de faire paraître Chamber Music, un disque splendide mâtiné de dialogues inusités entre la kora et le violoncelle, alors que, de son côté, la chanteuse Mamani Keita s'élève sur une afro-pop mandingue urbain et plus rock qu'auparavant. Un excellent programme double en perspective. À L'Astral, le 23 septembre à 20h.

Carmen Souza

Elle chante en créole capverdien, mais son langage est empreint d'un afro-jazz très contemporain. Avec son intimité bouleversante, son chanter parlé, ses effets théâtraux, ses couleurs afro-cubaines et brésiliennes, ses harmonies vocales dans le funana et sa reprise de Sodade au rythme ralenti, elle devrait marquer la saison. À L'Astral, le 5 octobre à 20h.

Festival du monde arabe

Le FMA sera habité par des chanteurs de liberté du printemps arabe. L'Algérien Baâziz sera de retour avec Bendir Man, et la Tunisienne Emel Mathlouthi fera la paire avec le chorégraphe Imed Jemaa. En ouverture, le multi-instrumentiste Omar Faruk Tekbilek partagera la scène avec l'oudiste palestinien Simon Shaheen. Du 30 octobre au 13 novembre.

Trio Oshakan

L'année 2011 marque le 20e anniversaire de l'indépendance de l'Arménie. Le Trio Oshakan propose Jardins de paradis d'Arménie, composé de chants anciens et sacrés inspirés de la littérature et de la poésie du Xe au XXe siècle. À la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, le 17 septembre à 20h.

Chants de vielles

Il s'agit peut-être du rendez-vous le plus champêtre du monde trad. Cette année, on offre, entre autres, les membres des Charbonniers de l'Enfer, ensemble ou séparément, Les Chauffeurs à pieds, Danielle Martineau et Daniel Thonon, Vishten et Cillian Vallely, du célèbre groupe Lunasa. À Calixa-Lavallée, du 9 au 11 septembre.

Galant tu perds ton temps

Du chant à cinq étages qui plonge dans l'énergie de la fête ou qui mord au plus profond des complaintes, un galant percussionniste pour la transe, un répertoire unique, de savantes harmonies vocales et une célébration de la femme à travers les chansons: au-delà des comparaisons avec Les Charbonniers de l'Enfer, Galant représente l'une des forces du trad québécois.

À l'Outremont, le 4 novembre à 20h.

Color Violeta

Décédée en 1967, Violeta Parra fut, en quelque sorte, une Woody Guthrie chilienne. Pour célébrer son oeuvre immense, Daniel Emden a formé à Montréal Color Violeta, un groupe très prometteur de la scène latino montréalaise qui invite Irem Bekter et Alejandro Venegas d'Intakto. À la Sala Rossa, le 14 septembre à 20h.

***

Collaborateur du Devoir