Festival d'été de Québec - Folie furieuse pour Metallica

C'était la folie furieuse. Ce n'est pas exagéré de qualifier ainsi l'engouement débordant pour Metallica, samedi à Québec, alors que le groupe métal a littéralement fait déborder les plaines d'Abraham dans le cadre du Festival d'été de Québec. Et, samedi, la formation a décoiffé d'un intense jet rock les quelque 100 000 amateurs compressés sur le site.

Depuis le milieu de la journée, dans toutes les rues de la haute-ville, la foule se dirigeait vers l'entrée des Plaines comme en rigoles, par tous les accès possibles. Quand, à 17h30, les organisateurs ont ouvert les portes du site, les purs et durs ont couru à toute vitesse jusque devant la scène. L'objectif: voir Lars Ulrich, James Hetfield, Kirk Hammett et Robert Trujillo du plus près possible.

Chaleur, alcool et pénurie de bouteilles d'eau auront fait plusieurs victimes. Tout au long de la soirée, on a vu, autour de l'espace des médias, des personnes dans le public être incommodées par des malaises, des étourdissements. Mais l'attente dans ces conditions en aura valu la peine. «Êtes-vous avec nous?», a crié le chanteur et guitariste James Hetfield à la marée humaine devant lui. La réponse était sans équivoque: 100 000 paires de bras se sont levées et autant de poumons ont hurlé leur joie contenue depuis plusieurs heures.

Pour l'occasion, la puissance de l'équipement de sonorisation avait été augmentée à 350 000 watts. Fade To Black, plus posée, aura offert une rare pause dans ce concert d'une grande intensité. À ce moment, sur les Plaines, on a vu la flamme de milliers de briquets scintiller, en plus des lumières des macarons du FEQ qui clignotaient. Une vision à couper le souffle.

On a retrouvé samedi les sonorités typiques du groupe métal, qui a pigé dans ses classiques (Nothing Else Matters, Master Of Puppets, Sad But True, One). Visuellement, le groupe avait mis le paquet: bouffées de flammes, gigantesque écran en arrière-plan, feux d'artifice, scène sur deux niveaux, avec des passerelles centrales pour y accéder... Les Californiens ont même élargi leur aire de jeu jusque très loin à gauche et à droite de la scène, mais ils sont toutefois restés plutôt prudents dans leurs mouvements, utilisant peu la superficie qu'ils avaient à leur portée.

Le technique Joe Satriani

Avant Metallica, le guitariste Joe Satriani et son rock technique, moins métal, détonnait un peu. Diplômé de l'Institut de la quintuple croche (avec une mineure en feedback et en tapping), Satriani a tout de même mis le paquet. Il a livré un peu plus d'une dizaine de titres instrumentaux, dont Ice 9, Always With Me Always With You (briquets en prime) et Summer Song. Si chaque guitariste aimerait avoir le 143e du talent de Satriani — il a même joué avec ses dents... — il faut admettre que le vétéran de la six-cordes n'est pas le champion de la mélodie.

Dance Laury Dance

C'est le groupe de Québec Dance Laury Dance qui avait la chance de lancer les hostilités. Les cinq musiciens jouant la carte semi-humoristique des métalleux vulgaires ont reçu un appui enthousiaste du public, qui avait visiblement envie de se dégourdir les jambes et les tympans. Dance Laury Dance a joué plutôt brièvement, soit six chansons, mais a fait un sans-faute dans les circonstances. Pour le groupe, une foule de ce genre vaut une mine d'or, ou l'équivalent de 3455 petits concerts dans des bars.