Caroline Planté au Savoy du Métropolis - Guitare fluide, accents contrastés

Caroline Planté hier soir au Savoy<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Caroline Planté hier soir au Savoy

Première femme à avoir entièrement composé et interprété un disque de flamenco, la guitariste montréalaise Caroline Planté offrait hier soir dans la petite salle du Savoy la première montréalaise de 8 Reflexiones, son disque qui a fait des vagues depuis l'an dernier en Espagne, son pays d'adoption depuis six ans. Le concert fut très convaincant.

En septuor, la guitariste qui est également compositrice élabore un répertoire qui incarne bien l'actuelle génération du flamenco. L'esprit de Paco de Lucia inspire l'ouverture au jazz et l'ajout d'instruments comme le cajon, le piano, la basse et les autres percussions, pendant que l'âme de Vincente Amigo plane dans la façon de laisser respirer, de ralentir certains palos et de joueur à la guitare une musique fluide, souvent empreinte de douceur, malgré les raclements. Même la voix du chanteur Marcos Marin dégageait bellement la déchirure sans trop d'éraillements.

Caroline Planté débute par un solo introspectif, avant de donner la place aux autres instruments. Tout au long du concert d'une heure et demie sans entracte, ils en occuperont beaucoup, ce qui permettra d'explorer plusieurs contrastes. Le rappeur Chele du groupe Heavy Soundz fera quelques apparitions en espagnol. Le bassiste Bob Benson joue comme un guitariste, avec beaucoup d'énergie. Il s'engagera parfois à l'unisson avec la guitariste et complétera pleinement la section rythmique composée du percussionniste Francis Mercier qui lorgnera jusqu'aux incantations de la musique afro-cubaine, et de Mariano Cruceta, le principal partenaire de Caroline dans ce projet.

Il battra le cajon durant presque tout le spectacle, avant de se mettre finalement à danser en martelant le plancher et en se servant de tout son corps comme instrument de percussion pour présenter quelques moments spectaculaires qui émergeront fortement après toutes ces pièces aux formules souvent différentes.

Caroline Planté revient ce soir au Savoy. Jusqu'à l'automne dernier, elle s'avérait l'un des secrets les mieux gardés en ville. Elle s'élève maintenant au rang des artistes de classe internationale. Dans un avenir rapproché, on finira par la reconnaître à sa juste valeur.

***

Collaborateur du Devoir